mercredi 17 octobre 2018

Monsanto a créé de faux groupes d’agriculteurs.






Mosanto a piloté de faux groupes de fermiers contre l’interdiction du glyphosate en Europe. C’est ce que révèle une enquête de la cellule d’investigation de Greenpeace et du quotidien britannique The Independent, que RMC vous révèle ce mercredi.

En France, ce groupe s’appelle "Agriculture et Liberté". Sur leur compte Twitter, il est écrit: "Nous sommes un groupe d'agriculteurs français unis pour protéger notre mode de vie et nos moyens de subsistance". Sur le siteà la section, "Qui sommes-nous?", ils se décrivent comme étant "un groupe d'agriculteurs". Cependant, lorsqu'on cherche sur Twitter ou sur le site internet, impossible de savoir qui sont les fondateurs de ce groupe. Il est juste mentionné qu'"Agriculture et Liberté" est soutenu par une "coalition d'utilisateurs et de fabricants de produits agricoles".


Son nom: Red Flag Consulting. Une société basée à Dublin et inscrite au registre de transparence de l'Union européenne. Sur ce registre, on peut voir que Red Flag travaille notamment pour British American Tobaccco et pour Monsanto, qui a versé en 2017 entre 100.000 et 200.000 euros à ce cabinet.
Dans un document promotionnel, Red Flag se vante d'ailleurs d'avoir "récemment remporté la plus grande campagne de réglementation et d'affaires publiques de l'Union européenne", grâce à des "alliés non-traditionnels" afin de changer la position de cibles identifiées au sein du gouvernement français, mais aussi allemand, anglais, polonais, espagnol, néerlandais, italiens et roumains. Selon Greenpeace, il fait peu de doute que Red Flag fait ici référence à la campagne contre l'interdiction du glyphosate, cet herbicide classé cancérigène probable par le centre international de recherche sur le cancer. Source

2 commentaires:

  1. Je me demande quelle perte de rendement on aurait si on interdisait le glyphosate et autres cochonneries du jour au lendemain. Bien sûr, il faut le faire, mais en le préparant bien.

    Red flag ? C'est parlant... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'ai decidé de devenir un faux consommateur. Je consomme, mais c'est moi qui produit une bonne partie de ce que je consomme.
    Comme ça si je me surprend à mettre du glyphosate, je peux me boycotter...
    D'ailleurs je fabrique mon propre glyphosate, à base de purin d'orties, que je me promotionne à moi même en scotchant un bandeau publicitaire sur ma tablette. Grâce à mon lobbying tenace j'ai fait changer les règles du potager afin de permettre l'ependage sans restriction de mon glyphosate, sans que je sois obligé de m'en informer en tant que consommateur. Mon systeme marche du tonnerre.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.