mardi 9 octobre 2018

L’école laïque sous tension islamique.







Europe 1 a pu consulter en exclusivité une note ultra-confidentielle des services de renseignement, reçue par le cabinet du président de la République, du Premier ministre et de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, sur les signalements de cas de communautarisme musulman dans les établissements scolaires.

Si le nombre des faits rapportés est stable, les motifs sont de plus en plus inquiétants. 

Certaines choses ne sont tout simplement plus faisables dans toutes les écoles, pour des motifs religieux. L'exemple le plus frappant, le plus nouveau, signalé dans cette note, est celui  

-des élèves qui refusent d'avoir cours dans des classes comportant du mobilier rouge, jugé "haram", c'est-à-dire interdit par le Coran.


(????????????!!!!!!!!!!)

-certains enfants refusent de dessiner des représentations humaines (un interdit religieux formel pour de nombreux musulmans). 

-D'autres se bouchent les oreilles quand on passe de la musique en classe, et 

-de jeunes garçons refusent de donner la main à une petite fille. 

-les enfants pratiquent le ramadan de plus en plus jeunes, et cela peut poser des problèmes dans l'organisation des cours. 

-des élèves de 6ème ont refusé d'aller à la piscine avec leur classe de peur de "boire la tasse et de casser leur jeûne".


 De nombreux incidents sont d'ailleurs liés à la question des repas.

-certains élèves refusent de déjeuner à côté de ceux qui mangent du porc. 

Dans un collège de Saint-Denis, lors d'un voyage scolaire où on s'apprêtait à servir du poulet et des frites au repas, un incident est survenu. "Sur une cinquantaine d'élèves, 35 d'entre eux ont refusé de manger la cuisse de poulet qui leur était proposée au dîner, parce que ce n'était pas halal. Nous n'avions pas été prévenus, donc nous avons jeté ces 35 cuisses de poulet et ils n'ont mangé que des frites".
-des élèves musulmans sont aussi stigmatisés par d'autres élèves parce qu'ils mangent de la nourriture ordinaire (non halal) à la cantine

-des élèves musulmans sont insultés par d'autres élèves musulmans quand ils mangent des produits qui ne sont pas halal.
Pour certaines familles, il est inconcevable que leur enfant ne mange pas halal, même l'espace d'une semaine. 

-certaines écoles n'organisent plus de séjours en classes de neige, parce que c'est devenu "ingérable".

(punition collective....)
Il y a quelques mois, l'Education nationale a mis en place une plateforme permettant à un enseignant qui se trouve face à une question touchant à la religion de recevoir une réponse, un soutien dans les 24 heures. 

Elle enregistre environ 30 signalements par jour.



8 commentaires:

  1. Vivement un cataclysme, quand la nourriture deviendra rare, ils arrêteront d'emmerder avec leur halal, ils mangeront le peu qui restera.

    RépondreSupprimer
  2. Pas la peine de dire que d'ici peu d'années, le système éducatif s'adaptera aux moeurs musulmans bien de chez nous. Tout le monde vivra à l'heure halal pour simplifier les choses, même chez les consanguins périphériques. Pas d'éveil musical, pas d'histoire de France à part sa construction par les immigrés, plus de classes mixtes (les féministe soutiendront), enseignement du coran, interdiction de l'idolâtrie (Jésus, la nation...), obligation de porter le voile, les prières, etc. La république a déjà perdu et c'est ce qu'elle voulait semble-t-il. La majorité des profs seront d'accord par pure inclusivité même s'il faudra tout de même faire en sorte que les femmes ne puissent pas enseigner aux garçons à cause de leur impureté. La seule chose que la république ne devra jamais lâcher, c'est l'enseignement de la shoah et de ses 8 millions de morts ainsi que la légitimité d'Israël. Là, les musulmans n'imposeront rien. Faut pas déconner non plus. Les saintes valeurs de la république sont éternelles.

    Saint ben Lesquen, priez pour nous !

    RépondreSupprimer
  3. Tant mieux.

    Ceux qui prônent l'assimilation sont des utopistes ou des traîtres. Le communautarisme est sain et naturel.
    C'est hilarant de voir les profs de gauche se lamenter des problèmes qu'ils ont eux-mêmes causés.
    La distance qui sépare la France de la Hongrie est vingt fois supérieure à celle qui sépare la Hongrie de l'Arabie Saoudite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'assimilation ne marche pas avec 15-20 millions de divers. C'est évident. Avec quelques centaines de milliers, oui. La réconciliation à la Soral est morte et enterrée. Elle a échoué (qui l'eut cru ?). Il n'y a plus de temps à perdre avec ça.

      Le communautarisme est la seule voie maintenant. Comme aux USA. Encore faut-il qu'on en sorte gagnants. La voie évidente est le communautarisme blanc au niveau mondial. Et ce qui n'aiment pas cette idée auraient dû y penser avant de mal voter pendant 50 ans. C'est plié.

      Supprimer
    2. Les sociologues de Chicago ont constaté, dans les années 70, que dès que la proportion de non-blancs dépassaient 20 %, dans un voisinage, et bien les blancs partaient, jusqu'à ce qu'il ne reste que des non-blancs.
      Même avec "quelques centaines de milliers" le communautarisme aurait primé.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.