lundi 15 octobre 2018

L’Afrique très loin de l’indépendance.

la stratégie chinoise de financement de grands projets d’infrastructures, généralement regroupés sous l’étiquette de « nouvelles routes de la soie », connaît ses premiers déboires. Lancée il y a cinq ans par le président chinois, elle a rapidement associé une soixantaine de pays et permis de signer des centaines de contrats.

depuis quelques mois, rien ne va plus. En Malaisie, au Pakistan, au Sri Lanka, au Népal, en Birmanie et maintenant en Sierra Leone, des projets sont rediscutés, voire annulés. A chaque fois, ce sont les conditions financières qui pêchent.

 Les financements chinois sont d’autant plus attractifs qu’ils n’exigent pas de garantie souveraine du pays hôte. 

il y a un revers à cette jolie médaille, car l’absence de garantie n’exclut pas des exigences de « collatéralisation » portant sur des terres, des matières premières ou des conditions tarifaires attractives dans la production d’énergie.

Le Soudan du Sud va ainsi utiliser son pétrole pour payer à la Chine ses projets routiers. Le même schéma a été utilisé par l’Angola et le Nigeria. Parfois même ces prêts sont alloués à un consortium d’entreprises et donc plus ou moins directement aux entreprises chinoises elles-mêmes. Au niveau mondial, seuls 3,4 % des projets financés par la Chine sont attribués à des entreprises non chinoises. En Afrique, on est proche de zéro.
L’argent donné d’une main par la Chine revient ainsi dans la poche de Pékin via ses entreprises publiques. Au Pakistan, 91 % des revenus générés dans les quarante prochaines années par le port de Gwadar devraient revenir à Pékin. En Afrique, on est proche de 100 %…
Le cas du Sri Lanka, où la Chine a obtenu la concession du port de Hambantota pour quatre-vingt-dix-neuf ans suite à un défaut de paiement, devrait inquiéter l’Afrique...
L’Angola, l’Ethiopie et le Kenya sont les trois plus importants débiteurs de la Chine sur le continent. Si le premier peut compter sur ses exportations de pétrole pour régler la note, les deux suivants parient sur la croissance et l’industrialisation pour rembourser. Un pari forcément risqué.

Mais il y a encore un loup et toujours pas de hasard :
Washington lance un projet concurrent, l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC), une agence d’aide au développement dotée d’un fonds de 60 milliards de dollars, soit exactement la même somme que celle annoncée par Pékin.



Avec 29,4 milliards $ empruntés à la Chine en 10 ans, le fardeau de la dette des pays d’Afrique de l’Est s’est fortement alourdi.
d’après les dernières données de l’initiative de recherche Chine-Afrique (Cari) de l'Université Johns Hopkins, l'Ethiopie, elle, ayant reçu la plus grande quantité de prêts, doit 13,73 milliards $, le Kenya (9,8 milliards $), l’Ouganda (2,96 milliards $) et la Tanzanie (2,34 milliards $). Quant au Rwanda, au Soudan du Sud et au Burundi, ils doivent respectivement, 289 millions $, 182 millions $ et 99 millions $.  
La Chine répond :
« Il est sans fondement de rejeter sur la Chine la responsabilité des problèmes de dette de ces pays africains. Leur dette s’est construite avec le temps, même avant notre arrivée ». 
« nous devrions examiner les fluctuations de la situation économique internationale par rapport aux prix des minéraux, leurs principales exportations », en précisant que « c’est là que réside le problème, pas les emprunts chinois »



5 commentaires:

  1. J'ai pas compris.

    C'est malhonnête de payer en échange de pétrole la construction de routes et d'infrastructures ? Pour moi ça m'a l'air d'être une bonne affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas malhonnête mais le rêve de l’Afrique productive en est rendu impossible.

      Supprimer
  2. Perquisition de melechon. Mettre les projecteurs sur le pôvre mélenchon en vue d'affaiblir MLP aux européennes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mettre la lumière sur melenchon est bon pour M.

      Ça obscurcit l’extrême-droite :))

      Melenchon n’est pas un adversaire pour M

      Supprimer
    2. Il veut se faire passer pour un martyr?
      JSP

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.