lundi 1 octobre 2018

La séduction du kapitalisme.

Michel Clouscard

Vidéo offerte par LesHermitesAmoureux, merci Thierry !

Seul le diable est séducteur. La société capitaliste serait donc diabolique. Avec le recul, Segala apparaît bien comme un âne. Il est vide. La publicité apparaît pour ce qu’elle est depuis toujours, un moyen de vendre des produits dont nous n’avons que faire. Une technique secondaire de fin de processus de production.

Pourquoi les grosses entreprises de pub ont-elles été valorisées en bourse ? Bonne question puisqu’elle ne vantent que le produit en bout de chaîne dont théoriquement nous saurons s’il est bon ou mauvais.

Dépossédés du réel et du libre arbitre, y compris dans le choix des lessives. Marrant de voir Segala qui a vendu Mitterand comme Bonux.

À l’époque de la vidéo on ne nous avait pas encore vendu les migrants et le veganisme, le feminism-e, les prides, les matters, les blacks, la GPA, etc...

À l’époque il n’y avait pas encore internet qui nous vend les comportements adaptés.

Internet marque vraiment une évolution du kapitalisme. L’idée comme produit. L’identité comme produit. Ceux qui n’achètent pas, seront dé-marqués et finiront en camps de rééducation.

À l’époque nous n’étions pas encore 8 milliards et la terre n’était pas encore morte.

La séduction, diabolique par essence, a bien fonctionné !




Un homme c’est un territoire.

Le web, la toile est un territoire collectif. Un commun. Tragique par définition.

Si notre ADN n’a pas déjà été modifié ça finira dans la barbarie. Il ne faut jamais oublier l’atavisme et le cerveau reptilien de l’humain.

Cette surpopulation actuelle allume des clignotant rouges sang dans nos cerveaux.

Le kapitalisme dans sa forme finale c’est la guerre de tous contre tous ou la servitude comme mode de vie.

On nous occupe avec du sexe et des discours creux mais chacun inconsciemment se demande si il y en aura assez pour lui.

Le bruit qu’ils font dans nos têtes sera-t-il efficace contre toute idée de survie ? Possible mais pas certain.