samedi 6 octobre 2018

Abandon de l'exorcisme dans le Baptême ?





 (80 ans, un petit exorcisme qui s'imposait peut-être. allons savoir ! ;).


Le premier de ces sacrements est le Baptême, par lequel nous sont conférés la grâce sanctifiante, le pardon de nos péchés personnels et la rémission du péché originel.

Ce sacrement permet de nous faire passer de la mort et de la domination du diable, à la vie de la grâce.

En d'autres termes, le Baptême nous libère du péché et de l'esclavage du démon :

"Puisque le Baptême signifie la libération du péché et de son instigateur, le diable, on prononce un (ou plusieurs) exorcisme(s) sur le candidat. Il est oint de l'huile des catéchumènes ou bien le célébrant lui impose la main, et il renonce explicitement à Satan.

Ainsi préparé, il peut confesser la foi de l'Eglise à laquelle il sera "confié" par le Baptême".

(Catéchisme de l'Eglise Catholique, n° 1237).

L'exorcisme est un sacramental qui permet de chasser le démon.

L'usage de l'exorcisme est indispensable, car le diable pense que nous sommes à lui depuis le péché originel, et qu'il peut agir librement sur nous afin de toujours plus nous détourner de Dieu.

C'est pour cela que Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même a enseigné et a donné pouvoir aux Apôtres de chasser les démons en son Nom.

Dès le commencement du rituel traditionnel du Baptême des petits enfants, le prêtre, après s'être informé de l'intention du parrain et de la marraine de faire ce que l'Eglise demande, souffle trois fois sur le front de l'enfant puis commande une première fois au démon de sortir pour laisser la place à l'Esprit-Saint Paraclet. Puis, il fait un signe de croix sur le front et la poitrine de l'enfant avant de lui imposer la main droite sur la tête afin de signifier la venue et la prise de possession de l'âme par la Très Sainte Trinité. Mais ce début de prise de possession de l'âme par Dieu devait être précédé par l'éloignement des puissances des ténèbres…..

……


En conclusion, nous ne pouvons que rappeler l'importance de ces rites d'exorcisme dans le rituel du Baptême et déplorer l'appauvrissement du nouveau rituel où il ne reste qu'une seule prière d'exorcisme que le prêtre peut omettre.

Il est à noter que cette prière actuelle n'est pas un commandement adressé au démon, mais une supplication adressée à Jésus-Christ :

"pour nous libérer du pouvoir de Satan, l'esprit du mal, et pour que l'homme, arraché aux ténèbres, soit introduit dans l'admirable lumière de ton royaume".

(Rituel du Baptême des petits enfants) ;

"Libère-les de l'emprise de Satan qui cherche à ravager le monde sorti de
tes mains après y avoir semé le péché et la mort".

(Rituel du Baptême des adultes, 3ème scrutin).

Nous trouvons ces prières d'exorcisme, toujours sous cette forme de supplication et non pas de commandement. De plus, le prêtre peut choisir une autre formule, encore plus atténuée, supprimant pratiquement l'exorcisme.

Heureusement, la formule de renonciation à Satan est maintenue juste avant le rite du Baptême en lui-même.

C'est pour cela qu'il faut maintenir autant que possible le rite traditionnel du Baptême sans omettre les exorcismes afin que le démon n'ait plus l'audace de s'approcher de l'âme du baptisé.

On connaît la tradition ininterrompue de l’Église catholique concernant les prières d’exorcisme avant le baptême : Clément d’Alexandrie, Tertullien, Hippolyte de Rome, Cyprien de Carthage, Cyrille de Jérusalem, Jean Chrysostome, Augustin.


Mais il y a « avant » et « après » Vatican II.

Après Vatican II :

Dans le Rituel rénové d’après le concile Vatican II, promulgué le 15 mai 1969 on peut noter ce qui suit dans le paragraphe intitulé « Prière d’exorcisme et de délivrance » on lit :

Le célébrant dit : 


« Père tout-puissant, tu as envoyé ton Fils unique dans le monde pour délivrer l’homme, esclave du péché, et lui rendre la liberté propre à tes fils ; tu sais que cet enfant comme chacun de nous, sera tenté par les mensonges de ce monde et devra résister à Satan ; nous t’en prions humblement : par la Passion de ton Fils et sa Résurrection, arrache-le au pouvoir des ténèbres ; donne-lui la force du Christ, et garde-le tout au long de sa vie. Par Jésus le Christ, notre Seigneur. Amen. »


Si on consulte l’ancien Rituel du baptême, daté de 1956 par exemple, on constate qu’il comporte deux longs exorcismes à la forme impérative et un exorcisme impératif sur le sel que l’on déposera ensuite sur la bouche de l’enfant. 

Il est évident, si l’on compare les deux Rituels, celui de 1956 et celui de 1969, que les prières d’exorcisme, pourtant portées par une très longue tradition, ont presque disparu du nouveau Rituel.
Nous sommes devant « une rupture de tradition ». 

Le pape Paul VI lui-même s’est exprimé sur ce sujet dans son intervention du 15 novembre 1972 : 


« Dans la liturgie du baptême, on a raccourci les exorcismes. Je ne sais pas si ce fut là chose très réaliste et très bien trouvée (una cosa molto realistica e molto indovinata). » 

(Le démon, mythe ou réalité, René Laurentin, Fayard, 1991, p. 155). 

Le terme « raccourci » est minimaliste par rapport à la réalité, car toute trace de prière impérative a disparu, et le sens de la prière du n° 124 n’est pas vraiment explicite d’un exorcisme.


Avant Vatican II :

Pour le Baptême, le prêtre officiait en latin, et voici la phase par laquelle il chasse Satan :

Exorciso te creatura salis, in nomine Dei Patris omnipotentis † & in charitate Domini nostri Jesu Christi † & in virtute Spiritus Sancti †. Exorciso te per Deum vivum † per Deum verum † per Deum sanctum † per Deum qui te ad tutelam humani generis procreavit, & populo venienti ad credulitatem per servos suos consecrari praecepit ; ut in nomine Sanctaie Trinitatis efficiaris falutare Sacramentum ad effugandum inimucum, 

Il s’agissait donc bien autrefois de chasser Satan par une prière, dite exorcisme.

Lors des baptêmes d’autrefois, on chassait bien Satan par une prière appelée exorcisme, mais le but était de laver l’enfant du péché originel, et n’avait rien à voir avec une notion de possession.

En l’espace d’une génération, on a gommé dans tous les domaines l’existence de Satan, de sorte que les jeunes aujourd’hui doivent en avoir une image caricaturale.


(Lucifer, sympa, de la série télévisée du même nom.)

------------

Moi qui ne suis qu'une catholique de pacotille, comme chacun le sait ici, j'eusse préféré que nous gardions les exorcismes d'antan.

Un genre de pari de Pascal....

Une précaution.... Mais bon... 

Nous sommes tous baptisés dans la famille, autant que ce soit un bon départ et une protection ! 

C'est tout de même invraisemblable que ces gens passent leur temps à tripoter des textes quasi millénaires...

Enfin... pendant ce temps là, ils ne tripotent pas... heu... enfin.... vous savez quoi...

Ou dois-je comprendre qu'il était urgent d'ôter ces exorcismes baptismaux ?

Plus inquiétant.

https://www.nd-chretiente.com/dossiers/pdf/articles/1996_le%20bapteme%20et%20les%20exorcismes_icrsp.pdf

http://www.clerus.org/clerus/dati/2002-03/25-999999/03SAIIFR.html

https://www.vaticancatholique.com/baptise-apres-1968-valide/#.W7heVoq-ihA
 
https://www.notredameduchene.fr/bapteme-6-la-priere-de-delivrance/

https://liturgie.catholique.fr/accueil/initiation-chretienne/le-bapteme/bapteme-des-petits-enfants/13303-lexorcisme-dans-le-rite-baptismal/
http://www.odile-halbert.com/wordpress/?p=7994

https://www.hommenouveau.fr/1815/religion/nouveau-rituel-du-bapteme---le-cri-d-alarme-d-un-exorciste.htm