lundi 6 août 2018

une trahison à 300 millions d'euros.

L'Etat a décidé d'annuler par décret plus de 300 millions d'euros de dotations aux collectivités locales, selon une information de Libération confirmée par franceinfo.

M avait pourtant promis le 17 juillet, lors de la Conférence nationale des territoires au Sénat, de ne pas toucher aux crédits alloués aux collectivités locales.

source

Ces 300 millions d'euros étaient destinés à financer notamment des investissements dans les communes rurales et des actions de politique de la ville dans les quartiers en difficulté.

La mesure concerne les finances de 2017,  M n'a donc pas parjuré sa promesse qui porte sur 2018.

L'objectif pour l'Etat est de respecter la fameuse règle du déficit des 3% du PIB.

 "une faute" qui aura des conséquences sur "des créations d’emplois, des réponses à des besoins comme la création de gymnase, d’école ou la rénovation de réseaux routiers."

"Les entreprises locales et les associations vont être touchées.  Cela peut concerner l’aide au devoir, la lutte contre les discriminations, de la prévention contre les addictions ou encore la mise en place de système de sécurité."

______





vous avez dit "égalité des territoires"... ?

5 commentaires:

  1. L'État est crapule, l'État est fainéant, l'État est parasite-né, l'État est flic (de la pensée), l'État enferme, l'État qui prétend au bonheur de tous n'est que pourvoyeur de prébendes à ses affidés (anciens et nouveaux), l'État est inapte en tout. Tout ce que touche l'État républicain se transforme en catastrophe.

    Le pire des dogmes de l'État républicain est l'égalité, qui aggrave les inégalités (la carte et le territoire) au nom de principes universalistes, forcément stupides.

    « En proclamant l'égalité de tous, on a promulgué la déclaration des droits de l'Envie. Nous jouissons aujourd'hui des saturnales de la Révolution transportées dans le domaine, paisible en apparence, de l'esprit, de l'industrie et de la politique; aussi semble-t-il aujourd'hui que les réputations dues au travail, aux services rendus, au talent soient des privilèges accordés aux dépens de la masse.
    (...)
    On se distingue à tout prix dans le ridicule, par une affectation d'amour pour la cause polonaise, pour le système pénitentiaire, pour l'avenir des forçats libérés, pour les petits mauvais sujets au-dessus ou au-dessous de douze ans, pour toutes les misères sociales. ces diverses manies créent des dignités postiches, des présidents, des vice-présidents et des secrétaires de société dont le nombre dépasse à Paris celui des questions sociales qu'on cherche à résoudre. On a démoli la grande société pour en faire un millier de petites à l'image de la défunte.

    Ces organisations parasites ne révèlent-elles pas la décomposition ? N'est-ce pas fourmillement de vers dans le cadavre ? Toutes ces sociétés sont filles de la même mère, la Vanité. »
    Balzac, Béatrix.

    Un Dieu, l'Envie, cette plaie, et l'absence de bonheur avec l'Égalité, cette imposture fruit pourri de la Révolution. Ferdinand (Céline) avait vu juste dans son bref pamphlet "Mea Culpa" (1936), à la lecture tellement salvatrice. On déteste beaucoup Céline plus pour "Mea Culpa", impardonnable trahison aux yeux des communistes, que pour "Bagatelles pour un massacre", "L'École des cadavres", "Les Beaux draps".

    C'est ainsi que Balzac est grand, et Céline prophète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !!! Merci pour Balzac !
      Pour Céline aussi et pour moi qui avais oublié mon père spirituel, ce si cher Honoré..

      Supprimer
  2. micron ne va pas donner de kopecks à la France périphérique qui ne vote pas pour lui non plus ? C'est plus rentable de donner le droit de vote aux migrants... Clinton, avait tenté ça aussi avec ses 3 millions d'illégaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et après on s'étonne qu'il y ait autant de maires qui démissionnent.

      la soupe est meilleures chez les politiques haut placés.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.