jeudi 16 août 2018

les pensions de réversion sur la sellette.

Le Canard Enchaîné nous apprend que les pensions de réversion seraient bien sur la sellette.

La question est posée « faut-il les maintenir ? ».




C’est un coup porté aux femmes au foyer mais aux autres aussi.

Le message subliminal c’est : « le mariage ne sert à rien ». 

C’est un coup porté à « l’intérêt de fonder une famille traditionnelle ». 

C’est un coup porté aux hommes aussi pour ceux qui touchent la pension de réversion de leurs épouses défuntes.

Quand on voit le nombre de couples qui se reproduisent hors mariage pour bénéficier ...de « l’allocation parent isolé »... C’est pas mieux ! 

Et le « troisième » enfant pour les allocs ...?

C’est monstrueux ! 

Bref, fallait bien que quelqu’un paie ! Ce seront les vieux d’abord ! 

L’iniquité se nourrit d’elle-même ! et, évidemment, ce n’est pas « juste ».

Ça fait plusieurs années que la pension de réversion de ma mère avait baissé, ça fait longtemps que ce mouvement est amorcé... 


1 commentaire:

  1. les pensions de réversion ont été mises en place pour une époque révolue. Les femmes "de" élevaient leurs enfants et étaient souvent accompagnées de "petit personnel". Quand bien même ces femmes étaient diplômées (médecin, pharmacien ou autre profession) elle cotisaient rarement quand Mr était au turbin. Une époque où le médecin de campagne bossait 18h par jour et était appelé 7/7. Idem pour le pharmacien....
    Résultat des courses il y a encore quelques femmes de 90-100 ans qui n'ont que 900 à 1000€ de pension de réversion. C'était l'époque ancienne où on ne spéculait pas sur la valeur de l'officine. L'enrichissement de Mr n'avait rien à voir avec le corps médical actuel.
    Tout ceci pour dire qu'un cadre en 2018 peut tranquillement avoir 8000 à 10000€ de retraite et casser sa pipe rapidement. Les nouvelles pensions de réversions ne sont pas "amoindries" mais elles tiennent compte du montant des revenus de celui qui y prétend. Ainsi une prof qui touche 2000€ de retraite ne touchera pas de réversion de son conjoint décédé. Mais elle aura quand même largement le double d'une personne beaucoup plus âgée retraitée d'une profession plus diplômante.
    Le souci actuel n'est pas le montant des pensions de réversion mais la pauvreté des pensionnés très âgés qui n'arrivent plus à joindre les 2 bouts.
    Ce n'est pas une dévalorisation mais une mise à plat du système qui est nécessaire.
    Le grand écart des retraites est encore pire que celui des revenus pendant les années d'activité professionnelles.
    L'amplification est aussi due à l'allongement de la vie. Car il y a maintenant 2 générations en retraite.
    L'économie fonctionne beaucoup avec l'argent des retraités . Mais l'état veut réinjecter le capital des retraités dans le circuit. Donc il commence déjà à sabrer les assurances vie avant la spoliation définitive qui se profile discrètement.
    On entend partout des retraités qui veulent cramer leurs biens....Il y en a même qui empruntent pour se mettre en cessation de paiement!
    Dernière initiative la délocalisation vers des pays (Maroc ou autres) francophones !

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.