mardi 28 août 2018

Les dépenses contraintes et ce qui « reste ».

La part des dépenses contraintes 1 dans le revenu des ménages est passée de 12 % dans les années 1960 à près de 30 % en 2017, selon l’Insee. Ces dépenses comprennent les frais de logement, les assurances et services financiers, les dépenses de télécommunications et télévision, ainsi que les frais de cantine scolaire. La hausse a surtout eu lieu par paliers, dans les années 1960, 1980 et à la fin des années 2000.

Parmi les dépenses contraintes, c’est surtout le logement qui plombe le pouvoir d’achat.

les dépenses de logement n’ont quasiment jamais cessé de s’élever, de 10 à 23 %, du fait de la hausse des loyers mais aussi du prix de l’électricité, du gaz et de l’ensemble des autres charges liées à l’habitation. Cette progression correspond pour partie à une amélioration de l’habitat mais aussi à un enrichissement des bailleurs : à qualité équivalente, les loyers ont augmenté.

La hausse des dépenses contraintes a pesé sur les plus pauvres. Selon le Crédoc, leur part est passée de 24 % à 48 % entre 1979 et 2005 (dernière donnée disponible) pour les 10 % les plus pauvres, contre 20 à 27 % pour les 10 % les plus riches 2. Selon l’organisme, si l’on ajoute aux dépenses contraintes les dépenses incontournables (alimentation, transport, santé et éducation), l’ensemble pèse 87 % des revenus des plus pauvres, contre 65 % pour les plus riches (données 2005). Là aussi, c’est le logement qui coûte cher. 
Le taux d’effort net (une fois les aides déduites) du logement atteindrait 42 % pour les ménages des 10 % les plus pauvres en 2013, contre 18 % en moyenne et 10 % pour les 10 % les plus riches, selon l’enquête logement de l’Insee. Les jeunes ménages vivant en centre-ville sont les plus pénalisés par les hausses de loyers.
Au bout du compte, le « reste à vivre » ou « pour vivre », terme préféré par le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE) 3 est très inégal selon les ménages. Si l’on reprend la définition du Crédoc, il reste 80 € par mois au dixième le plus pauvre après ses dépenses contraintes et incontournables contre 1 474 € au dixième le plus riche. Et encore, comme le note le CNLE, le reste à vivre des plus pauvres n’est le plus souvent que de quelques euros quand il n’est pas négatif : « Quand on ajoute les « charges de la dette » (les remboursements de crédit), on arrive à des « reste pour vivre » négatifs pour tous les ménages, c’est-à-dire une situation budgétaire déséquilibrée en permanence ».


Il reste moins de 1500 € aux plus riches ? Moins de 1500 € aux plus riches ? Moins de 1500 € ? quand je vous dis que certains « se croient riches ».

De plus, cessons de parler de « liberté »... 

5 commentaires:

  1. Reste 1500€ avant remboursement de la dette publique. Autrement dit ils bossent pour le service de la dette.
    Les gens endettés ne sont pas riches. Ce sont des zombies economiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement ! Je n’ai pas encore reçu mon avis d’imposition...je crains le pire...

      Dis, Géocedille tu pourrais répondre, toi, à Rose ?

      Moi je n’ai pas le savoir suffisant !

      Beau jour Wendy, merci de nous partager cette traduction par Louis Segond, c'est la première fois que je rencontre cet auteur, et cette traduction. Toi, Wendy, ou quelqu'un ici peut-il expliquer la différence avec l'évangile dit "de Jerusalem" ? Cette traduction est-elle accordée au protestantisme, que je ne connais pas ? Merci pour la ou les reponses, Rose

      RépondreSupprimer

      Supprimer
    2. Louis Segond était un protestant du 19e siècle.
      La bible de Jérusalem est due à l'Ecole Francaise de Jérusalem et date de 1966, c'est à dire Catholicisme post Vatican 2 (novo ordo).

      Moi j'utilises la bible "orthodoxe" c'est à dire la bible canonique dont on possède les codex d'avant le 7e siècle, mais bon... je lis le grec.

      On en trouve une synthèse des (légères) variations entre manuscrits et sa traduction ici : https://theotex.org/ntgf/cover.html

      Les autres versions historiques sont la traduction latine par saint Jèrôme qui a servi de base pour l'Eglise Catholique romaine jusqu'à que les Protestants la force a traduire en langues vulgaires.

      Ni les traductions protestantes ni les traductions Catholiques romaines ne sont exmptes d'arrières pensées.

      Exemple : Evangile de saint Luc Chapître 12 versets 20 et suivants.

      Le texte grec parle d'Hellènes (hellenoi) étant venu (d'Antioche à Jérusalem) pour participer à la célébration de la pâque juive.
      Ces quelques Hellènes demandent à voir Jésus.
      Quand on l'annonce à Jésus, il s'écrit "L'heure de Gloire est arrivée!"

      La traduction française neutre du mot " Hellenoi" est "Grecs". Oui mais voilà. Le passage insinuerait que ces Grecs auraient un rôle a jouer dans l'avènement du sacrifice divin.
      D'ailleurs Jésus explicite ce rôle dnas la phrase suivante où il se compare à un grain qui doit mourrir et tomber sur un sol fertile pour donner plein de fruits. Et dans la parabole du semeur il a déjà expliqué que les sols plus ou moins fertiles, ce sont des peuples.
      Ca indiquerait que les Grecs, qui vienne de lui être annoncés, seraient vus par le christ comme un sol fertile pret à acceuilir son sacrifice et le propager.

      Or, l'influence des Grecs, l'Eglise latine s'en est débarassée avec les grand Schisme d'Orient. C'est pas pour enseigner que Jésus les attendait pour determiner l'Heure de Gloire!

      Résultat, la traduction de Hellenoi par les Cathos et les Protestants (qui ne veulent pas retourner sous le giron de l'Eglise d'Orient non plus) est "Païens"!

      Et tant pis si ça donne une absurdité du style "Quelques païens venus pour célébrer la pàque juive"!

      S'ils cêlèbrent la pâque juive, ils ne sont plus païens sacrebleu!

      En fait, ce sont des Grecs déjà convertis à la religion hébraïque et qui, comme l'Histoire le dêmontrera, sont la clef par laquelle elle cessera d'etre la religion ethnique des hebreux pour devenir la religion des nations.

      Au passage c'est la raison pour laquelle les autres Eglises d'Orient (slaves, bulgares, arabes etc) ont préféré rester avec l'Eglise grecque que de rejoindre Rome lors du schisme : Jésus avec un RDV avec les Grecs, il vaux mieux rester avec eux...




      Supprimer
    3. https://theotex.org/ntgf/jean/jean_12_gf.html

      Ἦσαν δέ τινες Ἕλληνες ἐκ τῶν ἀναβαινόντων ἵνα προσκυνήσωσιν ἐν τῇ ἑορτῇ:

      Traduction littérale :
      Or il y avait quelques Grecs, de ceux qui étaient montés pour adorer à la fête...

      Traduction explicite en contexte :
      Or il y avait quelques Grecs, parmi ceux qui étaient montés d'Antioche à Jérusalem à l'occasion de la fête de la pâque juive pour participer aux cérémonies religieuses...

      Le texte dit bien qu'ils sont venu adorer (προσκυνήσωσιν) qu'on peut aussi traduire par se prosterner, rendre grâce, accomplir les rites. Bref il ne s'agit pas de païens.

      Les bibles Vatican 2 ont remplacé "païens" par "non-juifs". Un autre euphémisme pour éviter de nommer ces 'non-juifs' :

      https://www.universdelabible.net/index.php?option=com_bible&Itemid=207&ref=Jean+12,20-36

      "Il y avait des non-Juifs parmi ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête."

      Allez Françoué, encore un petit effort, ça fait un peu photo de Staline retouchée pour effacer les collaborateurs envoyés au goulag tout ça.

      Supprimer
    4. Merci merci Géocedille !

      Moi, j’ai une vieille bible en papier bible d’avant Vatican 2 et une autre ...

      Et les évangiles en livre de poche....

      Intéressant ton commentaire sur les grecs et Jesus.

      Un de ces jours, explique nous ces grecs convertis au judaïsme et la suite...

      En plusieurs fois, bien sûr !

      Je posterai tes explications car cela intéresse tout le monde !

      Enfin... si tu as le temps... !

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.