jeudi 2 août 2018

L’armée dépendra des EAU pour ses munitions.






Une ex-icône de l'industrie d'armement française passe sous pavillon étranger. Manurhin, le fabricant de machines pour la production de munitions, va être repris par le groupe de défense des Émirats arabes unis Edic (Emirates Defense Industries Company), a décidé mercredi le tribunal de grande instance de Mulhouse (Haut-Rhin). L'entreprise alsacienne, en graves difficultés financières,  avait été placée en redressement judiciaire en juin .


Né il y a presque un siècle, au lendemain de la Première guerre mondiale, Manurhin se lance dans la fabrication de munitions puis opère une diversification après 1945 dans les revolvers - dont le légendaire MR 73 utilisé par la police nationale-, les machines-outils et même les scooters.
Après des difficultés et restructurations à répétition, Manurhin ne fabrique plus de revolvers aujourd'hui mais il emploie encore 145 personnes dans la fabrication de machines à produire des munitions.
 L'entreprise avait été placée en procédure de sauvegarde en 2017. La direction expliquait alors ses difficultés par « l'impossibilité d'obtenir des banques françaises, privées ou publiques, le moindre euro de crédit ».
Conclusion :
La France ne fabriquant plus de munitions : 
-elle en achetait notamment aux Emirats Arabes Unis

-avec la vente de Manurhin elle leur vend la société qui produit les machines qui usinent ces munitions



La boucle est bouclée ainsi que notre souveraineté. 

Heureusement, ce sont nos amis ! Ouffff ! 

(- « Wendy, notre quoi ? »)

8 commentaires:

  1. Wendy, cela fait déjà pas mal de temps ( années ) que la France ne fabrique plus ses munitions et les achète dans des pays exotiques , aucun pays européen choisi , qui continue, eux, européens, à produire des munitions.
    En France , on n' à pas ni pétrole ni munitions mais on a des idées.
    Cela va faire tout drôle aux français de devoir lancer des pierres face à ds chars........
    Amusez vous bien !
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manhurin c'est complètement dépassé à l'époque où nous utilisons des drones.Faire des machines outils pour faire des armes de poing c'est identique aux lances pierres en 2018.
      Nos armes ont changé et personnes ne les voient car nous sommes dans la guerre invisible , la guerre des ondes.
      Benalla est un vestige de l'ancien monde lâché par ses maîtres. Tout comme le petit micron qui est aussi KO que Fillon l'année dernière. La bravade de l'autre jour où nous "devrions" aller le chercher était pour se rassurer lui-même car il est mort de trouille.
      L'été doit être très chaud dans les états majors politiques qui doivent être à réfléchir au remplaçant qu'il va falloir placer à la tête de l'état.
      Game over?
      Tata Attali a laissé fuiter l'ambiance fin de règne qui plane à l'Elysée.

      Supprimer
  2. Peut être que la légalisation des armes aurait permis de sauver Manhurin....jdcjdr

    RépondreSupprimer
  3. C'est une honte mais avec le tribunaux de commerce, rien de surprenant ; à Mulhouse, ils ont des procédures particulières à cette région, ce qui est un non-sens ; il y a un président magistrat et des juges consulaires (commerçants). Il y avait 3 autres offres : slave, belge , français ; ils ont choisi le plus offrant Emirati, dont la filiale est dirigée par un français (pour que ça passe mieux, pas fous les EAU) et ils n'ont délibéré qu'une 1/2heure avec tout de même à la clef 40 licenciements.

    Et Bruno Lemaire a laissé faire alors que cela touche la défense de la nation qui aurait dû être le critère prioritaire??? un petit goût d'affaire Alstom. Et puis tout le monde connaît la générosité des émirats. Cela mériterait une enquête. A la limite , vendre aux belges, passe encore, mais là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d’accord ça mériterait une enquête !

      😡

      Supprimer
  4. La France dépecée mais l'honneur est sauf, objectif atteint : la France mondialisée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lemaire est satisfait d'avoir sauvé 100 emplois et sauvegardé notre savoir faire (totale hypocrisie/vente des industries à la découpe avec son aval/trahison envers la nation)

      Il avait été envisagé une reprise par Thales mais ils ont considéré que les munitions de petit calibre n'étaient pas une priorité souveraine. Les militaires sont révoltés car ils estiment que c'est important et que c'était du matériel de bonne qualité de réputation internationale et en ont marre de tirer avec des mauvaises munitions fabriquées et achetées auprès de pays qui ne les utilisent pas et donc ne les testent pas. On est mal barré...

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.