dimanche 26 août 2018

La lutte contre le cholestérol s’intensifie.

« Les gens ont moins d’argent, ils fonctionnent en flux tendu », décrypte Alban, en poussant le sien où deux malheureux sacs peinent à occuper dignement l’espace. Et pourtant, nous sommes ici dans un temple de la consommation : le Carrefour de Montesson (Yvelines), navire amiral du groupe en Île-de-France. Plus de 18 000 m² de surface commerciale, un chiffre d’affaires annuel supérieur à 200 millions d’euros.

Inflation : «La viande et le poisson sont devenus des produits de luxe»

La famille sort de l’hyper avec un chariot à 160 euros. Dans les trois sacs qu’il contient, « pas de poisson, pas de viande, pas d’alcool, juste des basiques, des laitages, du jambon, un pyjama pour Gemma, des affaires pour la rentrée », énumère Virginie, responsable administration des ventes dans une entreprise.
En chœur, ils concluent : « On vit correctement jusqu’au 20 du mois. 400-500 euros de plus, ça serait l’idéal, mais depuis 10 ans, nos salaires n’ont pas augmenté. » Laurent sait qu’il n’est pas le plus à plaindre. Sa mère, elle, « prend de plein fouet la hausse des prix », car « la hausse de la CSG a rogné sa retraite ».
À la station-service Carrefour, à l’autre bout du parking, les automobilistes font le plein en serrant les dents. L’œil vissé sur la pompe où les litres de carburant défilent, pendant que l’addition grimpe. Les prix de l’énergie, « en hausse pour le quatrième mois consécutif », ont bondi de 14,3 % sur un an, indique l’Insee.
« J’essaie de m’adapter, glisse Olivier, la cinquantaine. Par exemple, je ne mets plus jamais une goutte d’essence sur l’autoroute, les prix sont trop matraqués. » Jean-Pierre a fait son calcul. « La hausse des prix de l’essence me coûte près de 10 euros en plus par plein. À la fin de l’année, ça fait beaucoup ! » fulmine-t-il. Double peine, ce « gros rouleur » est aussi « un gros fumeur ». Et de grogner : « L’inflation énergie-tabac, c’est vraiment pour ma pomme ! » Source



5 commentaires:

  1. Attali le conseiller de tous les Présidents depuis Mitterand.

    RépondreSupprimer
  2. Et le prix des fruits et légumes a doublé en une semaine, il ne faut pas se moquer du monde, le climat a bon dos : 4€ le kg de tomates, 4,50€ le kg de pêches immangeables car sorties du congélateur et dures (ces salauds ne sont qu'à 40mn de Rungis), 5-6€ le kg de raisin chez Auchan ile de france, 6€ la pastèque...Demain on mange quoi: du pain , des œufs et de l'herbe?

    J'ai râlé auprès de la caissière : "oh ben moi j'sais pas , chui derrière ma caisse, j'tape"

    Je vais râler comme d'habitude en écrivant par internet à la maison mère pour que le gérant malhonnête se fasse taper sur les doigts car il y en a marre ; en plus, il s'obstine à cacher les produits les moins chers ou carrément à vider le rayon pour obliger le consommateur à acheter les produits les plus onéreux. Et hop la vengeance de mise : 1 étoile et un commentaire désagréable sur avis google: "supermarché à fuir..."

    On ira à la concurrence, ils ont probablement trop de clients ; les gens se regardaient hébétés avec dégoût et n'achetaient pas. Quant à la viande rouge charolaise, filière engagée soi-disant, elle a un goût de viande attendrie et elle est noire dans les 24h. résultat : j'en ai jeté la moitié. C'est comme au Vénézuela où on mange de la viande noire après désinfection à la javel.
    Quant à la viande blanche , elle a toujours une odeur.

    Bon, les agriculteurs qui nous lisent, on veut manger du bon et de la vente directe! Fuck les auchan, carrouf et tout ce poison à prix d'or. Il faut changer les règles de consommation. Comprento?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On mange du pétrole !

      Le pétrole augmente ? La tomate aussi. Engrais, tracteurs, tout est pétrole en agriculture « môôderne ».

      Regardons nos factures GDF et le coût d’un plein , faisons un règle de 3 (;) et hop on aura le prix des patates !

      Si en plus on rajoute 2 ou 3 incendies ou inondations....

      Supprimer
    2. Je suis 100% d'accord sur le "On mange du pétrole !". Et donc ? Quelle conclusion en tirer ? Pensez-vous qu'on peut remettre des gens dans les champs (genre des migrants) avec des houes si on ne veut pas payer le vrai prix de la bouffe de qualité ?

      "Bon, les agriculteurs qui nous lisent, on veut manger du bon et de la vente directe! Fuck les auchan, carrouf et tout ce poison à prix d'or. Il faut changer les règles de consommation. Comprento?"

      J'ai abandonné l'idée de vendre des légumes car les gens ne veulent pas payer le vrai prix. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de clients, je parle de rentabilité. Je fais désormais de la culture spécialisée et de la transformation.

      Comme je l'ai dit sur un autre billet, dans mon coin c'est une mauvaise année et la récolte est divisée par deux. Donc les prix sont doublés sinon les bouseux mettent la clé sous la porte. Beh oui, l'offre et la demande. Cela s'applique à tout le monde.

      4€ le kilo de tomates ? Et tu te plains ? En bio avec une année comme celle-là tu peux toujours rêver de payer si peu. Comment le paysan gagne sa vie ?

      Auchan et cie c'est de la merde, c'est sûr, je parie qu'ils vous vendent des merdes espagnols en doublant le prix puisque c'est celui du marché.

      A la limite, il y a les AMAP. Mais cette année cela aurait été 4€ LA tomate (j'exagère volontairement). L'année dernière, les tomates, je te les aurais donné pour m'en débarrasser... Mais oui, rares sont les gens qui considèrent qu'une tomate de qualité demande beaucoup d'investissement en temps et en argent. Sans compter l'Etat qui matraque.

      Oui, ce serait bien que les consommateurs disent stop. Pour les agriculteurs, je vois plutôt des maraichers qui disent stop. Ils en ont marre. Et bien ce sera yabon la tomate marocaine ou espagnol.

      Chaque chose a un prix. Je reprends l'image des gens qui ne pleurent pas pour payer 1000€ pour un 1-phone. Ben s'ils sont de classe moyenne, ils mangeront des pâtes à l'année. Comme tout, c'est un choix.

      Donc pour résumer, si tu me payes mon travail correctement, je veux bien. Si tu savais comme c'est bon de faire des pâtes avec son propre blé, etc. Cela n'a pas de prix. Ou plutôt si.

      Chacun doit réfléchir à ses propres actes et balayer devant sa porte. Cela commence effectivement par éviter les grandes surfaces qui ont fait pression sur les bouseux, forcés à avoir des variétés de merde au point que c'est dur d'en retrouver de bonnes anciennes...

      Mon idée, c'est plutôt que chacun devrait faire son potager. C'est ce qui a sauvé les russes à la chute de l'URSS. Moi, je vois des millions de gens qui vont avoir faim bientôt. Ils pourront toujours blâmer qui ils veulent mais ils seront les premiers responsables de leur malheur... quelle idée de s'entasser dans le béton alors que la terre agricole coûte si peu chère ? En plus, cela éviterait les futures fermes aux 10000 vaches et autres joyeusetés...

      Supprimer
    3. La terre agricole ne coûte pas cher mais le foncier, si.

      Bref... on retourne toujours aux même problématiques.

      Je pars à la campagne avec ma famille, je cultive, mais où vont les enfants à l’ecole, etc...

      Voiture x2, femme aux jardin, retraite etc...

      À la limite, je parle financièrement c’est un projet de cinquantenaire alerte pour sortir de la ville.

      Tu pars avec des acquis...

      Personnellement j’aurais un immense regret dans cette vie : je n’aurais pas élaboré mon jardin zen....

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.