lundi 6 août 2018

France, santé : dossier shit hole en progression.


"Les médecins intérimaires boycottent les hôpitaux publics, estimant que le niveau de leur rémunération qui est désormais plafonné n'est pas suffisant", voilà comment Jean-Pierre Coulier, directeur des Hôpitaux Drôme Nord, explique dans une interview vidéo au Dauphiné Libéré la fermeture des urgences de Saint-Vallier en août. Il n'a trouvé personne pour remplacer les départs en vacances.  
Ce "boycott" a été déclenché par une réforme mise en place depuis le 1er janvier 2018 pour plafonner le salaire des interimaires. Selon le décret du 24 novembre 2017, la limite est fixée pour cette année à 1.404,05 euros brut pour une garde de 24 heures puis à 1.287 euros en 2019, et 1.107 euros en 2020. 
"25% des postes ne sont pas pourvus. Le recours aux intérimaires devait être une solution temporaire pour calmer une urgence, mais cela devient un mode de fonctionnement régulier pour les hôpitaux publics qui n'ont pas le choix..."
En France, on estime que 6.000 praticiens ont choisi l'intérim. Un choix qui coûte 500 millions d'euros chaque année à l'hôpitalSource
Exemple : Il ne sera plus possible d'être accueilli aux urgences du centre hospitalier de Saint-Vallier, Drôme, cet été. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.