jeudi 30 août 2018

Eau et Énergie : vers les tickets de rationnement ?

C’est la guerre...




Jusqu’à présent, une très grande majorité des 2 300 barrages métropolitains étaient de fait propriété publique. EDF gère directement 85% des 433 concessions du pays (1 ou plusieurs barrages reliés à une même centrale électrique), le reste est gérée par Engie et des structures régionales, comme la Compagnie Nationale du Rhône ou encore la Société Hydro-Electrique du Midi. Les 150 plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) vont être privatisés d’ici 2022. C’est l’équivalent d’une puissance électrique de 4.3 GW, soit trois réacteurs nucléaires nouvelle-génération. L’ensemble des barrages (20 GW) devraient être privatisés d’ici 2050. Les appels d’offres vont commencer à la fin de l’année 2018 et des firmes de 6 pays se sont déjà montrées intéressées.

Les centrales hydroélectriques sont une pièce maîtresse dans le réseau électrique national, car elles pallient très rapidement les pics de consommation. À ce titre, privatiser ces centrales, c’est défaire la cohérence d’une gestion centralisée. Mais c’est aussi une menace sur les factures, et sur la sûreté du territoire.



Outre l’aspect énergétique, les barrages retiennent de l’eau pour les cultures, les activités de loisir ou pour abreuver les villes. Un opérateur privé va-t-il daigner relâcher de l’eau gratuitement en fonction des besoins de la vallée, comme c’était toujours le cas ? Si ce « service » est payant, d’une part l’eau n’est définitivement plus un bien commun, et de l’autre, les prix de l’eau potable vont augmenter. Beaucoup d’agriculteurs seront tentés de prélever davantage dans les nappes phréatiques, dont la plupart sont déjà mal en point.

L’excédent brut des concessions est de 2,5 milliards € par an, dont la moitié revient aux collectivités territoriales. Ce qu’on appelle la « rente hydroélectrique », c’est-à-dire le bénéfice final, est donc d’au moins 1,25 milliard €. Globalement, le secteur est très excédentaire, y compris parce que la masse salariale n’est pas très importante : 21 000 pour tout le secteur hydraulique. Les coûts sont surtout liés à l’entretien des infrastructures. « Un GW d’hydraulique coûte 1 milliard d’euros à construire, mais tous nos barrages sont déjà amortis depuis longtemps, tout ce qui est turbiné aujourd’hui c’est du pur bénéfice, ce sera la poule aux œufs d’or pour le repreneur. », explique Laurent Heredia, de la FNME-CGT.
 L’Etat espère tirer 520 millions € de redevances par an (Cours des Comptes), soit presque 5 fois moins que l’excédent brut des concessions actuelles… 
Source , offerte par Anonyme, merci !






Vieille info de mars 2018 qui a bien du mal à passer...
Mais déjà notre gouvernement détient la parade : 

Les tickets de rationnement !

11 commentaires:

  1. Si ça se fait, c'est que le peuple Français n'existe plus. Il n'y a rien de plus publique que les barrages.
    On a déraciné des populations pour les créer, noyé des villages, au nom de l'interêt commun.

    L'interêt commu n'est pas privatisable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « La tragédie des communs » sous nos yeux.

      Non, la France n’existe plus. Un souvenir pour les plus’vieux, un concept pour les plus jeunes.

      Supprimer
    2. Désormais nous sommes européens.

      Supprimer
    3. Euwopéens plutôt...

      Supprimer
  2. Ne me dites pas qu'on est pas gouverné pas des gens qui nous sont hautement toxiques et nuisibles.
    Petit rappel macronien : "Il ne s'agit pas d'être naïf, ce qui est possible est lié à une culture, un peuple marqué par son histoire. Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n'est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les luthériens, quand j’etais Très jeune étaient une secte pour moi :))

      Depuis, j’ai appris à être polie mais je les vois revenir et je ne peux m’empecher De....greuuuu

      Supprimer
    2. le gros problème des barrages est qu'ils sont vieux. Ils sont fait avec du béton qui a la maladie du béton. Il faudrait injecter des masses d'argent pour les réparer. Ce que les pouvoirs publics se gardent bien de faire!
      Les céder au privé ne va pas arranger la situation...C'est évident que l'hydro est du stockage d'énergie . C'est d'ailleurs un des rares modèles de ce genre. Mais ce n'est pas une poule aux œufs d'or si on tient compte des grands travaux qui sont nécessaires et qui ne sont pas budgétés.
      C'est un peu la même histoire que le coût du démantèlement du nucléaire qui n'est pas anticipé.
      On pourrait parler aussi des mines d'or d'Amérique du Sud que Allègre a cédées pour une bouchée de pain.Histoire bien expliquée par Montaldo .

      Supprimer
    3. Ça se finira à coups de fusil.

      Koike.... le FDS vieillit....

      Supprimer
    4. 06:45 / Wendy
      Vous avez remarqué que les montants des devis pour le public sont toujours faramineux ? Quel serait le vrai prix des travaux de réfections ?

      Supprimer
    5. Parce que les pots de vin etc... c’est pour ça que c’est faramineux.

      En plus les entreprises sont certaines d’etre Payées même avec du retard.

      Elles se rattrapent de leurs pertes d’à côté.

      Le coût est lourd mais ça dépend des ouvrages.

      Ça dépend des viaducs, longueur, hauteur, etc... que des corps de métiers hyper formés.

      Ça dépend des barrages...

      Ça dépend des matériaux utilisés.

      Impossible de répondre comme ça.

      Peut être prendre un exemple et faire les calculs à la louche.

      « Orthodarma si tu passes par là, on fait le calcul ensemble ? »

      A mon avis ça vaut le coup ! (Le coût ;)

      On n’est pas dans les beaux arts, là ! On est dans « préserver l’existant » le sauvegarder et c’est toujours toujours toujours moins cher que de construire à neuf.

      (Ceci n’englobe Pas les centrales atomiques..)

      Supprimer
  3. HS
    Condamnée en 2016 pour détournement de fonds publics, nommée en 2018 haut fonctionnaire « à l’égalité et la diversité »

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/affaire/agnes-saal/agnes-saal-l-ancienne-patronne-de-lina-suspendue-pour-ses-frais-de-taxis-nommee-haut-fonctionnaire_2917627.html

    LoL

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.