vendredi 20 juillet 2018

Quelle mafia derrière la milice ?


Selon nos informations, le ministère de l’Intérieur a refusé pendant la campagne présidentielle d’accorder un permis de port d’armes à Alexandre Benalla mis en cause dans des violences le 1er mai dernier

A l’époque, le jeune homme faisait partie du service de sécurité du candidat Macron. Saisi d’une demande de port d’armes au printemps 2017, le cabinet de Matthias Fekl a répondu par la négative après s’être renseigné sur Alexandre Benalla, notamment auprès des officiers de sécurité du Service de la protection (SDLP) qui protégeaient Emmanuel Macron depuis la fin 2016. Le trentenaire aurait fait valoir son statut de gendarme réserviste pour appuyer sa demande.
Mais «les retours sur lui étaient édifiants, les policiers du SDLP le décrivaient en Rambo», explique un haut fonctionnaire de Beauvau de l’époque à Libération. Le ministère a donc appliqué la règle générale qui veut que si une personne bénéficie de la protection officielle du ministère, celui-ci refuse le port d’armes pour un privé de son entourage«Benalla était très mécontent et a menacé le cabinet de représailles», poursuit le responsable ministériel. Selon plusieurs échanges de mails révélés par les Macron Leaks, Alexandre Benalla a laissé entendre à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron qu’il disposait de ce port d’armes.
Les documents ont également révélé que le trentenaire passionné de sécurité avait tenté de passer une commande de pistolet lanceur de caoutchouc, flashballs et boucliers anti-émeute. Commande refusée par l’équipe politique du candidat. Après l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée, Alexandre Benalla se verra accorder un permis de port d'armes.
————
Mais enfin..??? !!!!!
Qui a le pouvoir de menacer de ministère de l’intérieur en toute impunité ???
Qui sont ces gens ? On demande à voir leurs fiches de paie et les mouvements sur leurs comptes (à Londres ?)...
Pas évident que la milice soit aux ordres de M....