jeudi 26 juillet 2018

Migrants : quelle joie d’arriver en Espagne !







Je n’ai pas trouvé de vidéo illustrant la joie de l’armée ou de la police marocaine qui étaient absentes au moment des faits.

Welcome !




7 commentaires:

  1. Le Maroc a déjà procédé à plusieurs vagues de régularisation et ne peut contenir tout ce flux.
    Ce qui est plutôt aberrant c'est que l'Espagne maintienne des colonies en Afrique avec Ceuta et Melilia.
    Les espagnols n'ont qu'à assumer.

    RépondreSupprimer
  2. Beau jour à toutes et tous !
    Merci Wendy pour ces vidéos qui interpellent et peuvent effrayer. Une aventure vécue en 2013 me revient en mémoire, que j'aimerais vous partager.
    Juin 2013, Montreuil près de Paris, un soir vers 21h30. Ayant dîné chez une amie, je regagne ma voiture (une Clio) dans la rue où je l'ai garée sur le côté gauche de la chaussée. Il fait chaud. Ayant posé mon sac à main sur le siège du passager, je m'empresse d'abaisser les vitres des portières avant, pour faire un peu de courant d'air. Encore imprégnée des conversations de la rencontre, je ne démarre pas immédiatement. C'est ici que ça commence.
    Assise à mon siège de conductrice et ayant un oeil dans le rétroviseur je le vois arriver: un jeune gars de genre maghrébin descend la rue sur un vélo. Afin que tout soit clair, je precise n'avoir rien contre les personnes de ces pays, y ayant dejà longuement séjourné, et cultivant d'excelentes relations avec nombre d'entre elles et eux.
    Je le vois de loin qui arrive, puis ne m'en occupe plus, faisant le geste de démarrer. Mais les choses ne se passent pas comme je l'ai prévu. Le jeune gars vient de passer tout près de ma voiture, il recule jusqu'au niveau de la portière avant, passe la main par la fenêtre, saisit mon sac et démarre pour s'en aller. Ce n'est pas pour la valeur du sac ni pour les 30€ en espèces qu'il contient. Peut-être plus pour le chéquier, la cb, les papiers d'identité.
    Est-ce mon inexpérience de ce genre d'agression ? Je pousse un fort cri: "Arrête !" Inexplicablement, il stoppe. Je jaillis de mon siège et commence, assez vivement, de lui parler. La base de ma harangue, c'est que nous sommes frères humains, et que, en tant que tels, on ne peut pas se faire ça ! Je lui dis que je suis allée là-bas, chez lui, qu'on m'y a accueillie (+ mon mari et nos 2 enfants) avec une hospitalité merveilleuse, que traversant l'Algérie d'ouest en est il y a quelques années je n'ai pu acheter de pain parce qu'il nous fut toujours offert, bref. Il écoute, semble interpellé, mais je sens bien que ça ne va pas suffire.
    Alors un Conte me vient. Je ne sais plus lequel, mais il venait de chez lui ou de chez ses ancêtres, il venait de là-bas. Ça paraît fou, mais un samedi soir en banlieue parisienne, pour retenir un peu un gamin qui se tire avec mon sac, je commence à dire un Conte, la voix intense, un peu tremblante. C'est incroyable, mais il écoute. Sans doute s'attendait-il à tout sauf à cela : il laisse l'histoire aller jusqu'à sa fin, et c'est peut-être le plus beau Conte parmi ceux que je connaissais qui s'est dit ce soir-là, le plus nécessaire et utile, le plus vibrant et agissant.
    Cela semble incroyable : une fois l'histoire finie, il rebrousse chemin, revient vers moi. Je lui demande mon sac, et il me le redonne. J'ouvre mon porte-monnaie et, trop contente de m'en tirer à si bon compte, je lui donne les 30 € qu'il contient. Il part.
    Voilà.
    A vous toutes et tous, belle fête de Lune ce soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rose pour ta belle histoire !!!

      Tu peux nous le raconter, à nous, ce si joli conte ?

      Je t’embrasse et te souhaite une bonne éclipse en famille !!

      Supprimer
  3. Je parie que la gentille rose a voté micron aux élections :)
    Combien de rose en France ? C'est pour ça que je suis très pessimiste quant à l'avenir de notre pays. Est-ce que les rose sont rééducables, est-ce qu'il faut leur faire fermer leurs bouches à tout jamais ? Désolant.

    RépondreSupprimer
  4. Oui Wendy, je vais essayer de me rappeler de qui c'était (comme histoire), et je vous le donnerai.
    Mais, tu sais, les Contes ne sont pas "jolis" - ni reservés aux oreilles enfantines d'ailleurs.
    Les Contes rabaissés au rang d'"histoires pour amuser les enfants", ça date des 17è et 18è siècle, quand les auteurs mondains (Charles Perrault, mme d'Aulnoye, etc.) ont réécrit les vieux récits que connaissaient leurs domestiques et autres "gens de peu" (illetrés mais à la mémoire prodigieuse) en les édulcorant pour ne pas trop choquer la cour, et en leur adjoignant une morale bien pensante et accordée au culte dominant.
    Les Contes authentiques sont tout autres. Pour le verifier, on peut par exemple relire les versions paysannes du "Petit Chaperon Rouge" (avant Perrault). C'est sacrément cru, et ça ne donne pas dans la guimauve.
    Les Contes ne se sont jamais souciés de morale ni de bienpensance, c'est ce qui fait qu'ils parlent à autant de gens (pour ceux qui s'y intéressent bien sûr): en plus de la distraction, chacun peut trouver en eux un éclairage, une profondeur nourrissante pour la réflexion.
    Mais toi et quelques autres ici savez sans doute cela...
    âmitié,
    Rose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un rappel ne fait pas de mal ! Merci Rose !

      ;)

      Si tu as le temps, un jour, partage le conte que tu as raconté à ton petit agresseur à vélo.

      Bizzzzous !

      Supprimer
  5. A monsieur ou madame qui se présente courageusement sous le nom d'"Anonyme":
    Quand on ne connaît pas les gens, on fait mieux de se taire.
    C'est la matière des Contes qui vous semble si con-servatrice et si mièvre ? Comme l'ignorance couplée à l'agressivité peut être bornée et vulgaire...
    Désolée pour cette réaction vive, Wendy. Mais c'est trop de limitation.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.