dimanche 1 juillet 2018

Détruire le travail pour détruire le système.

Dommage que la fin soit aussi courte, j'imagine que la brochure se termine aussi de la sorte. C'est la partie qui mérite le plus de développement selon moi car elle effleure le dépassement du fétichisme de la valeur, valorisé par le travail qui met en mouvement les marchandise grâce aux travailleurs comme "sujet automate" du système. Comme il est dit dans cette vidéo, l'idée n'est pas tant d'aménager et de mieux repartir le travail, mais bien de ne plus travailler du tout, à ne pas confondre avec ne plus produire en transformant la matière pour satisfaire des besoins réels, entendre non-factices, superflus. La "lutte" se situe donc à 2 niveaux, celle qui tend à mieux repartir la valeur pour mieux sous-vivre, puisque posséder les moyens de production dans le même paradigme revient à s'auto-exploiter, autrement dit il s'agit de la "lutte des classes" comme lutte consubstantiel dans le Capital, pour une meilleur répartition de celui-ci ; puis une lutte plus profonde qui doit nous permettre de prendre conscience que lutter pour une meilleur répartition de la valeur, ne détruit pas les rapports sociaux basés sur cette même valeur. Prendre conscience que nous sommes le système Capitaliste, et que nous produisons chaque jour le système d'oppression. Pour s'en convaincre, il suffit de voir comment nous valorisons profondément la valeur Travail en dénigrant les "superflus" qui ne travaillent pas (chômeurs, RSIstes, SDF, femmes/hommes aux foyers etc...). Ils "ne sont rien" car ils ne participent pas à la valorisation de la valeur, au mouvement de la marchandise qui génère, grâce aux travailleurs, toujours plus de Capital, d'Argent : A-M-A', nous sommes les "trait d'union" dans cette formule, nous rendons possible la valorisation. Nous sommes les premiers à re-produire le système d'exploitation car nous l'avons tellement intériorisé qu'il nous paraît Naturel, ontologique, de travailler, nous sommes fiers de valoriser notre travail, car nous ne nous considérons plus que comme des travailleurs. Les valeurs s'effacent face à la seul Valeur, celle de l'argent, de la possession de marchandises qui nous donne une Valeur quantifiable. Plus je possède, plus j'ai de Valeur, le SDF étant tout en bas de l'échelle, il ne vaut rien et mérite de disparaître s'il ne souhaite pas monter sur le marché des échanges narcissiques.



(Avec les paroles sous la vidéo)

Tant que nous aurons dans la bouche, et donc dans notre conscience, la Valeur Travail, nous re-produirons l'oppression même en dehors dudit Travail : "Tu fais quoi dans la vie ?" équivaut à "quelle valeur as-tu par rapport à moi que je puisse me situer sur l'échelle de Valeur ?", tout comme "Quels sont tes projets" ou encore "T'es au chômage, mon pauvre", entendre tu es "pauvre" de Valeur et tu ne vaut plus rien. En conclusion, lutter pour une meilleure répartition de la richesse, de la Valeur, entretien le système mais est une nécessité pour sous-vivre au sein de celui-ci qui est basé sur cette lutte des classes, l'idée finale étant d'en sortir, Marx l'avait compris il y a déjà 200 ans : l'abolition du travail/prolétariat, sera l'oeuvre des travailleurs/prolétaires eux-mêmes. En 3 mots : Abolition du Travail. Une source 

Site de référence







——— on n’a encore rien vu !!!! c’est du lourd, ça !!!! Croyez-moi ! du très lourd.

Le « produire utile » dans la mondialisation des échanges ? Non, rien. 

« Détruire les restaurants c’est détruire les conditions qui créent les restaurants ».
Non. Je reconnais cette dialectique perverse.

Nous allons vers l’inversion de toute pensée. C’est aussi la conséquence du peak.all.

Et l’idée que sans travail, le travailleur devient esclave ? Pas reprise...

Elle va être longue la marche maoïste ! Et sans aucune redistribution ! 
Même plus de salaire ! La Robotisation sera la règle sans rétribution. 

Les intellectuels de gôche situationnistes-lambertistes* en ont décidé ainsi. 

Ce sont eux qui en arrière-plan ont façonné la politique jusqu’à M, comptant détruire le système par l’entrisme.

L’entrisme c’est vraiment une farce ! Seuls les cadres politiques en bénéficient. 
Une sorte de corruption des « élites » qui gangrène toute idée de démocratie.






(*ma propre culture politique de base. Je suis beaucoup plus extrémiste que ça personnellement. Moi,
je voulais la vérité, la transparence et la justice.

L’entrisme est une arnaque pour les peuples. J’ai donc quitté l’esssstreme gôche. Le système est d’une Hyper violence sans aucune retenue. Donc....je vous laisse compléter. ;)

C’est la CIA ou ses copains qui inventent ces propagandes. À force de réflexion j’en suis arrivée à ça... à tord ou à raison.

Conclusion : « la terre à ceux qui la travaillent » !

Pas à ceux qui l’exploitent !