mercredi 25 juillet 2018

Chômage.

Au total, avec ou sans activité, il y avait 5,94 millions de demandeurs d'emploi en moyenne au 2e trimestre (+0,2%). 
soit sur 29,6 millions d'actifs, 20.06 % qui ne travaillent pas ou peu.

augmentation continue du nombre moyen de demandeurs d'emploi en catégories B (+3,9 % sur un an) et C (+7,0 % sur un an).












(J’exagère..;)

L




3 commentaires:

  1. génial ce genre d'exposé à base de graphiques! On peut tout dire et son contraire.
    L'employabilité est très tendance en ces temps de soi-disant reprise. La planche à billet de la BCE marche à fond et les banques laissent filer les projets pour donner ce semblant d'embellie!
    Mais il y a un os dans cette histoire. Le beau montage des compétences , des diplômes à gogo ne suffit plus pour redonner aux gens le goût du travail. Les employeurs crient partout qu'ils ne trouvent pas de main-d’œuvre alors que le chômage est conséquent. Ils découvrent qu'il faut donner envie , qu'il faut être attractif pour que le chômeur soit intéressé!
    Nous assistons à un renversement des valeurs. Ceux qui n'ont jamais perdu leur job ne peuvent pas comprendre car ils font partie de l'ancien monde. La nouvelle pauvreté n'est pas dans le porte-monnaie mais dans la sclérose mentale.
    La baisse généralisée de la consommation est un des indices de ce changement .
    Les employeurs vont devoir changer de stratégie et "offrir" des cadres de travail adaptés aux nouveaux comportements. Cette nouvelle société avait été décrite dès les années 90. L'instabilité ne sera plus subie du côté des salariés mais surtout en face du côté employeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monde parallèle. Ne pas alimenter la bête. Économie noire (sans jeu de mots)...

      Supprimer
    2. économie ni blanche ni noire , mais juste une économie d'efforts inutiles pour consommer des choses inutiles.Quand on revient à l'essentiel pour vivre on sent le calme revenir. Il existe un modèle pour cette approche qui s'appelle "la simplicité volontaire". Ce n'est pas une pause, ce n'est pas un retour en arrière. C'est changer de regard afin de ne plus être le gibier de ce système. Ce n'est pas un monde parallèle mais au contraire le fonctionnement de la vraie vie.
      La "valeur" travail n'est pas ce que la société nous montre . C'est un élément d'une force dont chacun dispose suivant ses choix. Il n'y a aucune obligation d'être asservi à un employeur tel que nous voyons la majorité de nos concitoyens.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.