jeudi 7 juin 2018

Vierge à l’Enfant revisitée.


Mi-Christ, mi-Conchita.

La Parent-e de deux mains demain.

Bonne agence de pub. On retient ! 

3 commentaires:

  1. Conchita, la surprenante gagnante de l'eurovision transgenre, a changé de look après avoir révélé sa séropositivité : elle (-il) est devenu(-e) blond(-e) à la barbe blanche; un coup d’œil sur ses photos avec sa robe de marquise.

    https://www.instagram.com/conchitawurst/?hl=fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surprenant ! La pauvre...séropositive... misère...

      Supprimer
  2. Le post modernisme est en rupture avec l'esprit logique qu'il voit comme une oppression du mâle blanc hétéronormatif sur les gens perçus comme non-logiques, les femmes, les noirs, les musulmans, les LGBT.

    C'est évidemment un mensonge, la logique n'a ni sexe ni couleur. Nous avons à faire, comme du temps de la dictature du prolétariat, à une dialectique victimaire hypocrite, flattant la paresse intellectuelle des gens et valorisant leurs sentiments d'injustice afin d'obtenir leur adhésion à un projet néfaste dont ils seront tout autant les victimes que l'homme blanc 'cisgenré'.

    Il n'y aura pas plus de paradis intersectionnaliste qu'il n'y a eu de lendemain qui chante au communisme. La dictature du prolétariat n'a jamais été autre chose que la dictature des dictateurs.

    Mais ça c'est demain qu.on s'en rendra compte, comme les sovietiques ont mis 75 ans à se rendre compte que le socialisme n'arriverait jamais. Que ce qui arrivait, c'était l'extermination des Koulaks, l'holodomor, les chars à Prague, le goulag, les procès staliniens et Tchernobyl.

    Tout ce qui compte pour l'instant c'est d'embarquer un maximum de mou du bulbe dans 'notre projet!".

    C'est pourquoi le post modernisle adore l'islam, qui lui aussi est défaillant dans son mode de pensée, se basant sur la révélation plutôt que l'observation empirique, l'affirmation péremptoire plutô que le raisonnement rigoureux, l'impression des sentiments par la peur et la flatterie, plutôt que l'étude sereine et sans passion des rapports de causalité.

    C'est aussi pourquoi il est autant impossible de discuter avec une feministe intersectionnaliste qu'avec un néo-trotskyste antifa, un jihadiste du clavier ou le 'djiin' numérologue.

    Nos amis musulmans sont éduqués à vivre dans une contradiction permanente. On les flatte en leur disant qu'ils sont 'la meilleure des communautés', on leur parle avec dédain et mépris des kouffars que l'islam'déshumanise, mais leur sentiment de supériorité se heurte aux réalité tangibles de l'avancement intellectuel et scientifique de ces mêmes kouffars et à la barbarie et la superstition de l'islam.

    Quand un kouffar leur met la réalité devant les yeux, ils déploient toute une série de stratêgies dialectiques, non pas pour battre en brèche les arguments qu'on leur oppose et convaincre ce détracteur, mais pour éviter de sortir eux-mêmes de leur confortable contradiction.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.