jeudi 21 juin 2018

Le ivre ensemble impossible.

L’âme d’un bistrot, je l’ai toujours connue et beaucoup de mes camarades également. Mais on a été obligé de faire un constat

Ces lieux du vivre-ensemble considérables, très attachés à Paris, disparaissent.

les bistrots représentaient 50 % de la restauration parisienne contre 14 % aujourd’hui. 


Source

Les jeunes de 30-35 ans rentrent chez eux beaucoup plus souvent qu’auparavant pour se faire livrer leurs repas. Ce phénomène a été amplifié par les attentats de 2015 et de 2016.

On veut protéger un art de vivre qui est un brassage culturel populaire, un effaceur social, ethnique et confessionnel.