jeudi 21 juin 2018

Le ivre ensemble impossible.

L’âme d’un bistrot, je l’ai toujours connue et beaucoup de mes camarades également. Mais on a été obligé de faire un constat

Ces lieux du vivre-ensemble considérables, très attachés à Paris, disparaissent.

les bistrots représentaient 50 % de la restauration parisienne contre 14 % aujourd’hui. 


Source

Les jeunes de 30-35 ans rentrent chez eux beaucoup plus souvent qu’auparavant pour se faire livrer leurs repas. Ce phénomène a été amplifié par les attentats de 2015 et de 2016.

On veut protéger un art de vivre qui est un brassage culturel populaire, un effaceur social, ethnique et confessionnel.





4 commentaires:

  1. Beaucoup de choses ont changé depuis cette époque. Dans mon coin il n'y a que des bistrots sinistres tenus par des "tinois". Un seul sympa tenu par des portugais d'ailleurs il marche bien. Il n'y a plus de patrons de café français le dernier dans mon coin a vendu son troquet qui marchait du tonnerre (restauration, pmu, loto, tabac + 3 salariés) à deux rebeus qui ont coulé l'affaire tellement ils étaient désagréables et fermaient beaucoup plus tôt, ils devaient être fatigués lol...
    Ajoutez à çà l'interdiction de fumer des cigarettes là où on les achète lol...Enfin bref les seuls troquets que je connaisse et qui marchent sont tenus par des patrons aimables et qui bossent dur. Les tinois rachètent les fonds loto/jeu + pmu et la clientèle poivrot pas difficile. C'est pas avec çà que tu fais du convivial !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par chez moi, la même !

      C’est incroyable que les chinois se ramassent les alcooliques ! :))

      Je pensais que ce n’etait que dans mon quartier. :))

      Pas de portugais ici , un vieux bougnat qui va bientôt fermer je pense... retraite...

      Le seul troquet qui vend des cigarettes et où il y a toutes sortes de clients qui consomment des choses différentes y compris au comptoir !

      Supprimer
    2. Le fait de manger chez soi c'est une question de coût et aussi d'opinion. Chaque fois que j'invite des potes du même bord que moi on mange à la maison et pas au resto car on ne pourrait pas parler à notre aise.

      Plus le vivre ensemble est claironné plus les gens font de l'entre soi. C'est triste mais c'est comme çà.

      Supprimer
  2. Les troquets tenus par les Chinois c'est pas la joie !

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.