lundi 14 mai 2018

Pour nous, ce sera à sec !

Le gouvernement a annoncé la privatisation des 150 plus grands barrages hydrauliques de France. Cela fait plus de 10 ans que la Commission européenne fait pression sur Paris pour en finir avec la gestion publique du secteur hydroélectrique, sans succès. Avec Macron, Bruxelles est rapidement satisfaite. Cette décision est pourtant lourde de conséquences, tant pour la bonne gestion du réseau électrique national et la facture du consommateur que pour la sécurité du territoire.
Source 



Jusqu’à présent, une très grande majorité des 2 300 barrages métropolitains étaient de fait propriété publique. EDF gère directement 85% des 433 concessions du pays (1 ou plusieurs barrages relié.s à une même centrale électrique), le reste est gérée par Engie et des structures régionales, comme la Compagnie Nationale du Rhône ou encore la Société Hydro-Electrique du Midi. Les 150 plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) vont être privatisés d’ici 2022. C’est l’équivalent d’une puissance électrique de 4.3 GW, soit trois réacteurs nucléaires nouvelle-génération. L’ensemble des barrages (20 GW) devraient être privatisés d’ici 2050.  Les appels d’offres vont commencer à la fin de l’année 2018 et des firmes de 6 pays se sont déjà montrées intéressées.

Cela fait maintenant dix ans que la Commission européenne exige de la France qu’elle ouvre son secteur hydroélectrique selon les règles d’« une concurrence pure et parfaite ».

Les barrages fournissent 12.5% de l’électricité française (70% des énergies renouvelables). C’est l’électricité la moins chère : 20 à 30 €/MWh alors que le prix moyen, indexé sur le prix du nucléaire, oscille entre 33 et 46 €/MWh.  Un opérateur privé pourrait facilement maintenir les valves du barrage fermées et attendre que le pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. 

La France est le seul pays d’Europe auquel on ait demandé la privatisation des barrages. En Allemagne par exemple, les concessions ont été déléguées aux Landers.




—— je rappelle que nous avons payé ces barrages. Nous devons simplement en assurer la maintenance laissée à l’abandon...

Nos barrages sont des « biens communs ».

Nous aussi serons vendus à la découpe. Un jambon est un jambon. 
C’est une question de temps.

9 commentaires:

  1. On ira au bout de cette logique de privatisation jusqu'au jour où il y aura un retour de bâton et nationalisation. Et on reprendra les dettes du privé évidemment comme la SNCF qui paye encore des dettes datant des années 30. Les français ont voté pour, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Il y a un vrai problème de barrages en France et ce n'est pas celui-là.
    Tous les barrages souffrent de la maladie du béton.C'est un problème dû à l'âge de ces vénérables ouvrages d'arts.
    On a peu avancé pour traiter ce problème et la privatisation ne changera pas cette histoire.
    C'est un dossier qui est plein de paradoxes car cette énergie est renouvelable et participe à la stabilité du réseau.Mais l'état à travers Edf n'a pas assuré le financement suffisant de la maintenance depuis des décennies.
    Le danger est réel au regard des villes et villages qui seraient touchés en cas de rupture.
    Tout ça ressemble aux mines d'or françaises en Amérique du Sud que Claude Allègre a cédées pour rien ....
    A qui profite le crime?

    RépondreSupprimer
  3. Le business des pantalons à une jambes ne dure qu'un temps. Faut se rabattre sur quelque chose de plus durable un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh tu proposes quoi?
      L'eau en surface est utile pour de nombreuses raisons.
      Pour l'instant c'est le plus durable et le plus basique depuis longtemps.

      Supprimer
    2. Je pense que tu n'as pas compris mon allusion.

      Supprimer
  4. salut Géo
    https://www.youtube.com/watch?v=kFJ1U16zmpM

    RépondreSupprimer
  5. le guer mandchou

    salut a tous !

    Pour du durable ! il faut arreter les conneries comme les jets d eaux , les lavages auto ,la consommation de viandes ( 60 m cubes pour 1 kilos de viandes + les cereales ( l irrigation ) que consomment ces animaux )et toute l industrie mortiferes ( l armement , le nucleaire ect ect ect qui consomment de l eau .

    MOI guerrier mandchou je vous l annonce seuls ceux qui auront un bon esprit et de la volonté survivront a l avenir , croyez-bien .

    EN fait ! si vous etes evolués vous seriez capable de d'arreter de bouffer .( je le sais c est tres dur ).

    Bon a plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vivre de lumière? Il y en a qui ne mangent plus depuis longtemps.
      L'eau ne manque pas sur terre mais il faut la rendre potable.
      L'eau est l'énergie du futur. Tout reste à faire sur le sujet.

      Supprimer
  6. Comme par hasard, après l'attentat opéra, on apprend
    que le ministre de l'Intérieur envisage de confier aux sociétés de sécurité privée des missions aujourd'hui exercées par la police et la gendarmerie, dans le cadre d'un partenariat renforcé. Lors de l'ouverture des cinquièmes assises de la sécurité privée ce lundi, il a annoncé la nomination d'une mission parlementaire qui devra faire des propositions en ce sens d'ici la fin du printemps. Cette annonce provient quelques semaines après avoir autorisé le port d'armes aux agents de sécurité privée.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/02/05/01016-20180205ARTFIG00265-gerard-collomb-souhaite-renforcer-le-role-de-la-securite-privee.php

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.