mercredi 16 mai 2018

L’existence de la 9° planète...

Une source
Une source en français

Depuis 2003, Agnès Fienga (Astronome à l'Observatoire de la Côte d'Azur), Jacques Laskar (directeur de recherche au CNRS) et leur équipe développent les éphémérides planétaires INPOP1, qui permettent de calculer le mouvement des planètes dans le système solaire avec la plus grande précision.
En particulier, grâce aux données de la sonde Cassini (NASA / ESA / ASI), la distance entre la Terre et Saturne est connue avec une incertitude de l'ordre de 100 m. Les chercheurs ont alors eu l'idée d'utiliser ces données pour tester la possibilité de rajouter une neuvième planète dans le système solaire, comme il a été proposé par Batygin et Brown.
Dans l'étude publiée le 22 février 2016 dans Astronomy & Astrophysics letters, l'équipe française montre que selon la position de la planète par rapport à son périhélie (« true anomaly » sur la figure 1), cette planète induit des perturbations sur l'orbite de Saturne qui peuvent être détectées par l'analyse des données de la sonde Cassini, en orbite autour de Saturne depuis 2004.
Les chercheurs ont pu calculer cet effet induit par la 9e planète et comparer l'orbite perturbée aux données de Cassini. Pour des directions par rapport au périhélie inférieures à 85° ou supérieures à - 65°, les perturbations induites par la 9e planète sont incompatibles avec les distances observées par la sonde Cassini, de même que pour des directions entre -130° et -100° (Fig. 1).

Figure 1 : Analyse des données radio de la sonde Cassini qui fournissent une mesure très précise de la distance Terre-Saturne, avec un résidu de 75 m. Si on rajoute la 9e planète dans le modèle, les écarts entre calcul et observation se dégradent considérablement (en bleu). Après réajustement de tous les paramètres du système solaire, ces différences sont fortement réduites (en rouge). Un excès de résidus de plus de 10% après ajustement est le signe de non existence de la planète (zone grise) (voir Fig.2).

Ce résultat permet d'exclure une moitié des directions en longitude dans laquelle la planète ne peut pas se trouver (Fig. 2).




Figure 2 : Orbite pour une possible neuvième planète (Batygin & Brown 2016). L'analyse des données de la sonde Cassini permet de définir des zones interdites (en rouge) où les perturbations créées par la planète sont incompatibles avec les observations, et une zone probable (en vert) où l'introduction de la planète améliore le modèle de prédiction des distances Terre-Saturne en réduisant les différences entre les calculs et les données de Cassini. Le minimum de résidu, et donc l'emplacement le plus probable pour une planète, est donné en P9. Les échelles sont en unités astronomiques (AU).






"trouver une planète de 10 fois la masse terrestre dans notre propre système solaire serait une découverte de magnitude scientifique inégalée."



Nibiru 
😉

15 commentaires:

  1. Comment on calcule le Ramadan sur les autres planètes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend de la forme de la planète : planète plate, planète sphéroïde, planète patatoïde...

      Supprimer
    2. toujours pointer en direction de la meque terrestre, ensuite opérer une bifurcation savante vers Séléne:
      https://wikiislam.net/wiki/images/4/47/Verse_2-144.gif

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  2. Maintenant il faut dire nous vivons sur une spherette ou une boulette sans déconner vous vivez encore au moyen-age ou quoi..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info M. PremierDegré !

      Supprimer
  3. Toutes les sondes envoyées par la Nasa depuis plusieurs dizaines d'années avaient un partie de leur mission basée sur la recherche de ce corps céleste.
    Comme ce groupe de corps célestes navigue en biais du plan de l'écliptique la perturbation est complexe à comprendre.
    Ces recherches ont surtout mis en évidence un nombre impressionnant de nouveaux satellites autour des autres planètes de notre système.

    RépondreSupprimer
  4. HS

    Après les judéo-muzzeries de ces derniers jours, qui ne servent à rien et font perdre du temps à l'humanité, ce qui est logique pour des civilisations basées sur la prédation (ce qui est débile), et dont on se fout puisque ce sont des histoires de sémites ; laissons un peu de place au bucolique et à l'efficacité :

    Les légumes de Pascal Poot poussent sans arrosage

    https://www.youtube.com/watch?v=o7_76Z76_28

    Résumé : achetez ou créez des graines qui ont été sélectionnées pour fonctionner sans pesticides, engrais et abondance d'eau inutiles.

    Mes propres expériences de ces dernières années vont totalement dans son sens. J'ai eu des butternuts géantes qui poussaient toutes seules l'année dernière ! oO

    Brave Pierre Richard de l'agriculture. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. arrosées par les chemtrails bien évidemment!
      Continue tu nous amuses beaucoup.
      Ton bucolique est du niveau de l’élève Ducobu en version has-been.
      Peter le Riche de l'agro! ouaaah

      Supprimer
    2. Le futur est un endroit merveilleux
      où poussent des arbres aux fruits délicieux
      Dessin animé. un jardin de rêve.
      https://www.youtube.com/watch?v=VFHV4RJU4-c

      Supprimer
    3. C’est magnifique et à montrer aux enfants !!!

      Supprimer
    4. @anonyme 15:03

      Dans un autre genre mais tout aussi positif avec des résultats étonnants : les jardins de Findhorn en Ecosse en bord de mer et créés à la base par un couple dans les années 60-70 :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fondation_Findhorn
      http://www.ina.fr/video/VDD09035283/

      "Le jardin où ils réussirent à obtenir des choux énormes sur un terrain peu fertile grâce à ce qu'ils appellent une "communication subtile avec les devas" de la nature leur valut des articles de presse élogieux et un certain intérêt médiatique."

      Supprimer
    5. oui à Finhorn ils discutaient avec les dévas.
      Maintenant on discute avec son petit écran.
      On ne fait pas pousser des choux géants en parlant au déva du smartphone!
      Les communications subtiles existent toujours de nos jours . A chacun d'apprendre à se "connecter". La technologie n'aide pas vraiment pour ça, et le mental non plus.
      Partout dans le monde des gens apprennent à parler aux dévas. Vous ne saviez pas?

      Supprimer
  5. ... à propos de nature, aidez à sauver un arbre remarquable :

    https://www.change.org/p/la-commune-de-gen%C3%A7ay-poitou-charentes-france-intermarch%C3%A9-gen%C3%A7ay-plantez-en-1800-condamn%C3%A9-%C3%A0-mort-pour-juin-2018?recruiter=168331674&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_petition&utm_term=share_email_responsive&utm_content=ex93%3Av4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. afin d'agrandir un supermarché...

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.