vendredi 25 mai 2018

Le Sénégal investit dans l’I.A.







Former la nouvelle génération d’étudiants à l’I.A. au Sénégal :

«Le problème, c’est le système éducatif qui est obsolète», estime le Professeur Cissé qui souligne que les sources du mal sont à chercher encore plus loin.

 «Notre cerveau a été atteint par l’esclavage et la colonisation. Et ces atteintes ont été perpétuées.» 

Il explique que notre cerveau est composé de trois parties :

1) La partie reptilienne est ce que nous partageons avec les animaux. 

2) Le cerveau limbique qui est le siège des émotions et de la mémoire et le plus important, 

3) le néo cortex qui occupe 80%. «C’est le siège de l’intelligence, de la raison et de la créativité. 

Le système actuel utilise la mémoire, le cerveau n° 2.
On prend des informations et on vous (les étudiants) oblige à les réciter pour avoir vos diplômes. Quand vous formez des générations et des générations en utilisant 20% de leur cerveau, ils ne créent rien».

 «le potentiel existe. Les jeunes sont bien formés et créatifs (un bon cerveau n°3), mais ils manquent de soutien»

il y a trois semaines, des centaines d’universitaires se sont réunis pour travailler à la mise en place de Master mutualisés autour de branches scientifiques pointues comme l’intelligence artificielle, la robotique, la cyber-sécurité ou encore le génie moléculaire et le Big data. 

L’objectif étant, dans 5 ans, de faire sortir une cinquantaine de jeunes diplômés dans ces domaines et qui puissent se lancer dans l’entreprenariat. 

Source


L’I.A. c’est donc le cerveau 3, la créativité, et les sénégalais relèvent le défi ! Grâce à l’I.A. Ils se libèreront enfin de l’esclavage et de la colonisation ! 

50 dans un premier temps, puis Sky the Limit !