lundi 21 mai 2018

Image du passé.

She married the shah of iran Muhammad Pahlavi in 1939 to 1948.
Princess Fawzia Fuad Of Egypt, 1940s.


11 commentaires:

  1. Puisqu'on est dans le vintage, je vais vous parler de ma glacière des années 50.
    Je sais c'est moins glamour. Mais c'est pas inintéressant pour autant.
    Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parles, je vais reprendre :
    En m'installant au vert j'ai été confronté à notre adiction envers une fourniture constante de service de qualité inutilement supérieure.
    Par exemple j'utilise de l'eau provenant d'une citerne, non potable, pour tous les usages autres que la boisson et je bois de l'eau de source. Pousser sa crotte hors de la maison avec de l'eau potable c'est un tantinet absurde.

    Pareil pour l'electricité : nos équipements requièrent une source permanente et régulée. Dans de nombreux pays d'Afrique l'électricité n'est plus distribuée que qq heures par jour. Ca viendra en Europe aussi tôt ou tard.
    En Grèce on a la chance d'avoir un sacré soleil, il y a donc une alternative au réseau : le photovoltaïque.
    L'ennemi du photovoltaïque c'est le frigo. Pour le chaud on sait faire autrement. En Grèce il y a même la tradition de sous-traiter sa cuisson au boulanger du coin. Ca évite de surchauffer sa maison l'été, c'est convivial et c'est pas cher. J'ai fait ça dernièrement pour du chevreau aux pommes de terre. Un régal.

    Mais revenons à nos appareils électriques. L'ennemi du solaire, c'est le frigo car il lui faut de l'electricité a tout moment du jour ou de la nuit.
    J'avais pensé utiliser une glacière des années 50 pour lisser la disponibilité d'énergie solaire en créant de la glace (en fait des blocs à glacières) le jour et en les utilisants en substitut du pain de glace pour mon meuble glacière des annees 50.
    Ca marche mais moins bien qu'avec un vrai pain de glace : En fait le froid était tranféré du pain de glace au compartiment où sont les aliments par l'eau de fonte, laquelle s'ecoulait le long de parois avant d'etre receuillie au pied du meuble dans un reservoir-tiroir.
    Je me suis dit que je pourrais modifier le systeme pour pulser de l'air froid depuis le compartiment à glace jusqu'a celui des aliments par un trou doté d' un ventilo de PC.
    Puis je me suis rendu compte que c'est exactement comme ça que fonctionne mon frigo à circulation d'air. Inutile donc de modifier la glacière, retour au frigo.
    J'ai donc rendu le systeme de circulation d'air du frigo independant du systeme de réfrigération en l'alimentant depuis une batterie.
    De jour, le congélateur frigorifie des blocs pour glacières avec l'energie solaire disponible tout en finctionnant comme un frigo normal.
    La nuit, seul le ventilo fonctionne, il transfère l'air refroidi par les blocs pour glacières dans le compartiment des aliments.

    Tout est automatiquement régulé par un arduino relié à une sonde thermique et qui alimente le ventilo selon les besoins.
    Et au passage, la batterie alimente aussi désormais la loupiotte du frigo, car ouvrir un frigo sans lumière, c'était particulièrement sinistre... Je sais pas pourquoi. Dernier avantage colatéral : pas de bruit de compresseur la nuit et on peut laisser la porte de la cuisine ouverte pour que la moindre brise circule dans la maison. Y'a evidemment pas la clim.

    Bref. Au lieu de chercher à stoquer l'électricité en amont, je stocke le froid dont j'ai besoin directement dans mon congélateur. Ca tient largement jusqu'au matin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu manges du chevreau, assassin.

      Supprimer
    2. Ah... un Végan?

      Supprimer
    3. Lol bon j'avoue, c'est un peu fort.

      Supprimer
    4. De goût, certes, mais bien poivré, on s'y fait. Quoi? C'est pas ça que tu voulais dire?

      Supprimer
  2. C'est quoi ton histoire, Géocédille, si ce n'est pas indiscret? tu es originaire de Grèce ou tu viens de l'hexagone et tu t'es choisi un petit paradis ensoleillé pour te construire en mode survivalisme à l'ancienne?

    Pour ma part je suis de passage en région parisienne et j'étouffe (insécurité, agressivité, chemtrails,déshumanisation, climat hostile, saleté); j'envisage de partir en France (problèmes de suivi médical obligent à y rester) mais dans un endroit agréable à vivre et tranquille; j'hésite entre plusieurs destinations. Si vous avez des idées de lieux agréables à vivre à me suggérer.

    Au plan professionnel, on me propose au sud de paris : bretagne (rennes, saint brieuc, vannes) angers, bordeaux, nantes, toulouse, carcassonne, valence, lyon, aix en provence, nice, montpellier, annecy,dijon, saint etienne , clermont ferrand, avignon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'suis bi-national. Né de parents Grecs, j'ai grandis à Paris pendant la dictature des Colonels. Et puis je suis resté pour les études, le taf, le service militaire. Bref un petit Français bien intégré.
      Et puis la douce France de mon enfance a commencé à se barrer en ... eau de boudin sous mes yeux. Les nouveaux venus qui ne veulent plus s'integrer, les Français qui n'osent pas revendiquer leur culture, le malaise social qui grandit avec les replis communautaires, la bêtise du sociétalisme qui remplace le combat social. J'ai vu mes amies (pas petites, justes amies) ruiner leurs vies les unes après les autres en faisant les mauvais choix (c'est à dire les bons choix selon Cosmopolitan et Elle : Celles qui allaient de mec en mec jusqu'à la 30aine bien tassée, puis qui paniquent et veulent un gamin tout de suite et tentent de piquer le mari d'une autre en se faisant mettre en cloque, les mères célibataire, celles qui se mettent en couple avec un muzz pour se prouver qu'elles ne sont progressistes, et qui s'etonnent d'etre traitées comme au moyen-age, avec a la clef des suicides).
      Et puis il y a eu les guerres de l'OTAN.
      Puis de plus en plus d'attentats.
      Puis Hollande. Je crois que Hollande c'était ce qui m'a le plus fait avoir honte d'être Français.
      En même temps, la Grèce n'évoluait pas aussi vite vers le gouffre. Ca doit faire étrange après tout ce qu'on a entendu sur la crise grecque, mais vois-tu c'est une crise financière. Pas morale.
      J'avais assez de sous pour bouger et mon taf je peux le faire d'où je veux. Voilà.

      Supprimer
    2. La destruction s’amplifie et prend de la vitesse. Chaque jour c’est pire.

      Je pense maintenant que la destruction était le but, les valeurs, la culture, l’architecture, tout... la vie des gens aussi via des salaires toujours plus bas, le malheur au travail, l’absence d’acces A la justice... tout...

      Comme il y a eu une volonté d’islamiser ce pays tellement bien que tu n’as plus le droit de dire « non, l’islam, je ne pense pas que ce soit une idéologie positive ».

      Hop ! En justice ! Tu as le droit de dire que ce n’est pas positif et constructif d’a Peu près tout mais... pas de l’islam !

      C’est incroyable ! Bref...

      Le communautarisme est de pire en pire. Par couleur, par religion, etc.. y compris maintenant par ethnies. Retour vraiment au moyen âge !

      Du moment que les enfants ont réussi leur diplôme à visée « internationale » et qu’ils sont au moins bilingues, ben.,... tu te tais et tu t’en contentes...

      C’est peu.

      Il va arriver quelque chose qui secouera tout ça... je pense.

      Supprimer
    3. C'est un choix judicieux ; quand as-tu quitté la France, sous Hollande? Tu dois te baigner tous les jours et te nourrir sainement. Je me doutais que tu étais français car tu écris parfaitement notre langue. Les paysages grecs doivent être magnifiques avec ce blanc pur et le ciel d'un bleu azuréen; as-tu été bien accepté par la population locale?

      Je voulais faire le tour du monde et à part quelques voyages, je me suis contenté de faire le tour de France, et me suis perdu près de Paris. Je veux retourner dans une belle campagne , près de la mer chaude, avec un grand soleil dans une petite maison avec un jardin pour faire un potager, planter des fleurs, et les regarder pousser. C'est la clef du bonheur, loin de cette affreuse capitale et de son bétail humain.

      Supprimer
    4. Il est évident qu'il se prépare quelque chose mais les 3/4 des gens ne voient rien ou ne veulent pas voir. Il semble par ailleurs que les évènements se précipitent et que le plan soit en cours d'accélération. Je me demande si l'affaire charlie hebdo , qui , sous prétexte d'atteinte à la liberté d'expression, a permis de réunir et de faire défiler de nombreux gouvernants au milieu des symboles ésotériques parisiens, n'était pas le point de départ et une sorte de rituel d'ouverture pour l'activation du plan afin de mettre en place le NOM avec le consentement et la complicité de tous ces élus initiés. C'est en effet depuis, que se sont succédé les attentats, l'état d'urgence et sa flopée de lois liberticides outre l'invasion migratoire et les attentats.

      Sarkozy et Hollande ont malgré tout freiné cette évolution , se montrant humains, mais le commis des banques n'éprouve aucune empathie et détruit notre société à une vitesse fulgurante et avec détermination; il est sans limites dans son œuvre de destruction.

      Supprimer
    5. J'ai été incroyablement bien acceuilli. Oui la nourriture est saine ici, et je me baigne depuis Pâques. La voisine me donne des oeufs de ses poules et les autre villageois m'apportent qui des oignons, qui des tomates, qui des aubergines selon leur surproduction.
      De mon côté je fais parfois des courses en ville pour les mamies qui ne bougent pas du village. Je passe un peu de temps avec, histoire de faire la causette (toujours la même, "mon fils il est parti en Amérique, a Seattle, je ne te l'avais pas dit?" et moi je fais semblant que c'est la première fois et je l'écoute en buvant mon café.)
      Il y a aussi deux Français qui ont acheté les maisons aux deux extrémités du village, mais on les voit plus rarement même quand ils sont là.
      Pour le choix du lieu, c'est le facteur humain qui est prioritaire. Les choses allant de mal en pis, le caractère humain se révèle. Et je ne suis pas du tout dans la logique survivaliste qui consiste à s'isoler. En fait il faut s'isoler des gens a problèmes et s'approcher de gens solidaires et humains.
      Mes critères :
      - Dans une zone agricole artisanale autosuffisante en cas de rupture economique majeure.
      - A l'ecart des flux de population migrantes.
      - A l'ecart des villes et des zones.
      - Dans un environnement social solidaire et bon enfant. (= chrétien pour ce qui me concerne)
      - Dans une zone climatique clémente (peu de chauffage l'hiver, de l'eau chaude solaire, un potager toute l'année..,)
      - La mer (je suis Grec, donc la Mediterranée, pas l'Atlantique)
      - Une périphérie de l'empire, ou les lois sont un peu hypothétiques, les forces de l'ordre inexistantes et l'esprit local (insulaire) plus fort que la soumission au conformisme politique et social promu par les médias.
      - Ou la densité de population est faible.
      - Ou le prix d'installation (terrain, maison) soit très très abordable.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.