jeudi 17 mai 2018

Enfants-Migrants : l’inversion accusatoire.





Je vous présente Nzinga :

« Nettoyer son périmètre, le pouvoir de dire non ».

Merci de ne pas aller me la traumatiser, je l’aime bien. 

La question demeure « peut-on calquer des choix individuels sur des choix nationaux? »

Peut-être que oui, quand il s’agit de sécurité mais...

Toujours est-il qu’individuellement ou collectivement le sort des migrants ne peut laisser indifférent.
Et j’en ai assez de voir tous ces malheureux malheureux. Ça me brise le cœur aussi ! 

Nous devrions trancher ! 

———————————-

Mineurs isolés, drogués et violents, ils ont surgi il y a quelques mois dans la capitale. On les pensait enfants des rues marocains, mais, en réalité, ils ont souvent une famille.
Source



Paris n’avait jamais vu ça. Des hordes d’enfants qui débarquent dans les rues du 18arrondissement, seuls, drogués, violents, le corps couvert de plaies et de brûlures, ne parlant pas un mot de français, semant la peur dans un quartier qui en a pourtant vu d’autres


Et la magnifique inversion , sur cette Source





Près de 15 000 mineurs non accompagnés sont arrivés dans notre pays en 2017. L’État se défausse.



Le « flux » des entrants en 2017 représente 14 908 jeunes, précise en s’excusant du terme la chef de la mission MNA (mineurs non accompagnés) au ministère de la Justice, qui a la charge au niveau national de les compter. 

Le « flux » a augmenté de 85 % l’an passé. Quant au « stock », c’est-à-dire la somme des MNA protégés par décision judiciaire jusqu’à leur majorité, il est mathématiquement plus important : de 10 000 en 2015, le « stock » a doublé, passant à près de 25 000 en 2017.

———————
Et donc, si je comprends ce que je lis :

« Ce ne sont ni les états de départ et encore moins leur famille qu’il faut incriminer mais moi ! »

Stupéfiant !  

Hier soir je parlais avec un acteur du logement parisien... si vous saviez combien génère d’argent chaque migrant en salaires, en  loyers, en déduction d’impôts...d’autant plus les mineurs...

Le migrant fait tourner une bonne partie de l’économie immobilière parisienne déclarée ainsi que l’économie souterraine au black ... au black. Le même black qui nourrit l’EI, par exemple.

Quoiqu’il en soit je ne comprends toujours pas ce qui motiverait ma culpabilité plutôt que celle des parents des mineurs migrants.