mardi 22 mai 2018

Asselineau sur les services publics et l’Italie.






4 commentaires:

  1. Le commentaire d'Asselineau sur les élections italiennes et leurs conséquences possibles , ne m'a fait en rien bondir devant des inexactitudes comme dans d'autres commentaires.
    Dont acte.
    Quant à la connerie de Macron devant ce qui se passe dénoncée par Asselineau : du petit lait !
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
  2. discours de macron "raciste antiblancs" pour rejeter le plan Borloo pour les banlieues : "2 mâles blancs qui ne vivent pas dans les banlieues se remettent un rapport sur les banlieues: ça ne marche plus comme ça"???? ( propos choquant, discriminant et diviseur dans la bouche d'un président)

    Alors pourquoi lui avoir confié ce travail alors qu'il savait avant sa mission que Borloo est de race blanche? pour le récompenser de son soutien lors des élections? à combien se sont élevés les honoraires de Borloo prélevés sur la dépense publique pour ce rapport qui n'a servi à rien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce langage de social warrior est insupportable. On parle de "mâle" pour des animaux, quant à la couleur de ceux qui proposent des mesures jugées inefficaces, elle ne devrait pas le moins du monde être prise en compte, au profit de la rationalité ou pas de ce qui est proposé. Macron racialise le débat tout en promettant, paradoxalement, qu'il va durcir la loi contre le racisme. Cette impudence permanente du "en même temps" résume à elle seule la nocivité de ce destructeur de notre pays.

      Supprimer
  3. Ce qui se passe c'est que les illusions des européistes sociaux font finir par s'évaporer.
    Il n'y avait qu'eux qui s'imaginaient que l'Europe fédérale deleurs rêves serait une 'république sociale' qui s'occurepait de redistribuer la richesse des pays prospère aux pays défavorisés. Et les bankocrates les ont fait cavaler avec la carotte des fonds structurels européens et la PAC qui n'étaient en définitive que des budgets de propagande déguisés.

    Ces doux rêveurs imaginaient qu'en échange de la souveraineté ils obtiendraient que l'Allemagne les entretienne, comme la France entretient les DOM-TOM ou la Corse.

    Sauf que ce n'est pas ce modèle que l'UE vise. Son modèle c'est Detroit.
    Enfin, pas vraiment Détroit, mais plutôt Washington et L.A. regardant Détroit sombrer en s'en foutant royalement. Et dans la comparaison Washington c'est Bruxelles, L.A. c'est Berlin et Détroit, c'est Athènes, Madrid ou Rome ou Paris.

    Asselineau s'illusionne, il n'y aura pas de mutation de l'Eurozone. Personne ne rédigera un article de sortie, Belin gardera ses Euro et regardera les autres pays crever de faim sans plus de scrupules que Hitler réduisant Athènes à la famine l'hiver 1940-1941 en faisant main basse sur toutes le denrées alimentaires.

    Le baratin officiel change mais les sous-tendants culturels profonds perdurent même après les pires défaites, les plus profonds changements de régime.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.