samedi 28 avril 2018

Une vieille méthode pour enrayer la débilité ?


La vieille méthode qui ne réglera pas tout. Le vocabulaire utile, l’acquisition du langage se font en famille, pas à l'école.

Il faut déjà que ça fasse sens à l’oral. Articuler correctement, exprimer clairement une pensée.
Être déjà dans l’effort de communication ou dans son désir pour aborder la lecture. Il faut déjà avoir accès à l’abstraction et au symbolique pour apprendre à lire vite et bien.

Pour apprendre à lire il y a des pré-requis dont une expression orale fluide et un vocabulaire de base suffisamment étendu.

En France, aujourd’hui, ce sont ces pré-requis qui ne sont pas acquis.

Les apprentissages nécessitent aussi de pouvoir différer ses pulsions (jouer), d’être apte à une socialisation (oublier les comportements inadéquats), de comprendre les consignes orales (sans vocabulaire c’est impossible), d’accepter les règles communes (autorité) et d’avoir une capacité de concentration supérieure à 20 minutes.

Quand au CM1 on ne comprend pas ce qu’on lit, on ne le comprendra jamais. Dans le meilleur des cas, avec beaucoup d’effort on l’imaginera.

On a moins de problème avec l’apprentissage du calcul dans les exercices mobilisant la monnaie.

Curieux, non ?
—————

d’après l’enquête Pirls 2016, le niveau de lecture des petits Français se dégrade depuis 15 ans. Cette étude internationale évalue tous les cinq ans « l’aptitude à comprendre et à utiliser les formes du langage écrit » des élèves au bout de quatre années de scolarité obligatoire, ce qui correspond à la classe de CM1 en France.

Source

Quand ils déchiffrent ils ne comprennent pas ce qu’ils lisent... ça correspond à peu près à un QI verbal de 80-90. 

Autrement dit : « débile léger » dans l’ancienne nomenclature.





Et ce n’est pas le salaire des profs qui peut l’expliquer...





Sinon :


Et ça, sur quoi il va bien falloir revenir.... :