jeudi 26 avril 2018

Progrès en génétique et races.

source offerte par Anonyme.

extraits :

 Des avancées révolutionnaires dans la technologie de séquençage de l'ADN ont été faites au cours des deux dernières décennies. Ces progrès nous permettent de mesurer avec une grande précision  quelle fraction de l'ascendance génétique d'un individu remonte, disons, à l'Afrique de l'Ouest il y a 500 ans. Avec l'aide de ces outils, nous apprenons que, bien que la race puisse être une construction sociale, les différences d'ascendance génétique qui sont corrélées à de nombreuses constructions raciales actuelles sont réelles.

 Alors que la plupart des gens conviennent qu'il est important de trouver une explication génétique pour éventuellement savoir d'où vient une maladie et en chercher le remède, ils disent :  

"Trouver des influences génétiques sur une propension à une maladie est une chose, mais la recherche de mêmes influences génétiques sur le comportement et la cognition en est une autre."

Mais que cela nous plaise ou non, cette ligne a déjà été franchie. Une étude récente menée par l'économiste Daniel Benjamin a rassemblé des informations sur le nombre d'années d'études de plus  de 400 000 personnes, presque toutes d'ascendance européenne. Après avoir contrôlé les différences de contexte socioéconomique, ses collègues et lui ont identifié 74 variations génétiques surreprésentées dans des gènes connus pour être importants dans le développement neurologique, dont chacun est incontestablement plus fréquent chez les Européens ayant plus d'années d'éducation que chez les Européens ayant moins d'années d'études.

On ne sait pas encore comment ces variations génétiques opèrent. Une étude de suivi des Islandais dirigée par la généticienne Augustine Kong a montré que ces variations génétiques poussent aussi les personnes qui les portent à retarder la procréation. Donc, ces variations génétiques peuvent expliquer des études plus longues tout en affectant aussi un comportement qui n'a rien à voir avec les acquisitions.


Un défi permanent pour notre civilisation est de traiter chaque être humain en tant qu'individu et de responsabiliser tout le monde. Comparées aux énormes différences qui existent entre les individus, les différences entre les populations sont en moyenne beaucoup plus petites.Il est important de faire face à tout ce que la science révélera sans préjuger des résultats et avec la certitude que nous pourrons gérer les résultats.  

Affirmer qu'aucune différence substantielle entre les populations humaines n'existe ne fera qu'inviter l'abus raciste dans la génétique, ce que nous souhaitons éviter.

_______________________________

Ci-dessous, une image de la taille du cerveau par race.

Dès le 19° siècle, à grande échelle, et certainement avant, on mesurait la taille de la boîte crânienne des morts dans les hôpitaux ou décapités ou non-réclamés... et on tentait d'en retirer des lois biologiques.

On pesait les cerveaux, on trouvait les brachycéphales et les dolichocéphales... on pesait la matière grise... d'où "petite tête" ou "grosse tête".

personne ne savait comment ça marchait mais le consensus était qu'il valait mieux en avoir une grosse qu'une petite. (pardon ? oui ? quoi ?)

résultats ? pas grand chose au final. Il ne faut pas perdre de vue qu'on cherchait  à établir le déterminisme biologique, la part de l'"ATAVISME", dans l’échec ou la réussite sociale.
 
la question centrale étant  :

"est-ce que les riches sont riches parce que biologiquement ils y sont voués ?" sous-entendu "les pauvres sont pauvres parce que Dieu l'a voulu ainsi en nous créant différents donc inégaux".

Les maîtres et les esclaves, nous voulions une preuve physique des différences de fortunes !

c'est ce qui se joue encore aujourd'hui avec les gènes. le déterminisme génétique devant expliquer les inégalités sociales par race.

Personnellement ça ne me gène pas de lire que telle ou telle race réussit mieux que la mienne ou qu'en tant que femme le QI féminin est inférieur à celui du groupe des hommes.

Et ? qu'est-ce que ça change ? comme je l'ai dit en commentaire, si j'avais une fille je le lui dirais. "tu pars avec un handicap, mais tu peux y arriver". pas de drame. l'individu dans un groupe donné a un parcours tout à fait singulier.

Les noirs qui sont les grands perdants de la guerre du QI (qui mesure quoi ???? mais j'en ai déjà parlé) entre nous qu'est-ce qu'ils en ont à faire ? dans le groupe "noir" il y a des destins bien différents.

Quand je poste des vidéos sur l'Afrique des années 50-60 c'est simplement pour qu'on n'oublie pas le saut quantique qu'ont fait les noirs africains.

certains d'entre eux, qui dorment sur les trottoirs parisiens, ont été élevés par des mères qui dansaient et se vêtaient comme sur ces vidéos ou qui sont juste nées dans cette Afrique là. Imaginez l'immense difficulté à s'intégrer dans un monde et une culture et une histoire et un art si différents !

si il y a, un jour, découverte des gènes de la paresse, de la luxure, de la violence, de la bêtise davantage chez les noirs que chez les autres il faudra agir.

mais si, comme je le pense, la génétique ne nous éclairera pas davantage sur une "race dédiée de bons à rien et de potentiels esclaves" on devra revenir aux fondamentaux.

Les pauvres blancs du 19° étaient les esclaves de la classe sociale supérieure. on se méprisait ou s'aimait entre blancs.

______

ces considérations ne portent pas sur les idéologies idiotes qui traversent les noirs en ce moment. notamment celles qui veulent qu'ils aient tout inventé, de la philosophie aux mathématiques, en passant par l'architecture des pyramides et la médecine.

quand j'en écoute certains je suis souvent tentée de leur demander comment leur sont venues les idées de NASA et de CERN...

s'ils croient à toutes ces fariboles, effectivement, c'est juste stupide !

ensuite, répéter sans arrêt aux noirs qu'ils sont idiots je ne vois pas ce que cela amène... !

(ébauche, à continuer). 


_____________des photos en vrac qui nous ramènent au sujet.

La Mairie d’Étampes, sortie des enfants.

Distribution théorique du QI.



 QI par groupes raciaux.
taille du cerveau par race.
source image