lundi 23 avril 2018

Bonne chance aux nouveaux agriculteurs zadistes !




Les occupants de la zad de Notre-dame-des-Landes ont devancé l’ultimatum fixé par le gouvernement en déposant 40 projets d’activités sur les terres disponibles depuis l’abandon du projet d’aéroport. Et ce, malgré les délais extrêmement courts imposés par le Premier ministre : dans une situation « normale », quand un agriculteur souhaite s’installer, il lui faut au moins un an pour monter son projet. 

Source

les occupants ont relevé le défi, malgré une semaine d’interventions policières, de destructions d’une trentaine de lieux et de violences depuis le 9 avril. L’assemblée de usages, qui porte les décisions collectives, a planché sur la rédaction de dossiers individuels décrivant les activités menées sur la zone. Les heures passées à discuter, réfléchir, puis écrire ont été intenses. 40 « fiches projets » nominatives ont été déposées en préfecture, ainsi qu’une proposition de convention d’occupation précaire au nom de « l’Association pour un avenir commun dans le bocage ». 

On y trouve des activités agricoles – élevages, maraîchage, vergers, paysans boulangers, plantes aromatiques ; de l’artisanat – conserverie, fromagerie, boulangerie collective, atelier mécanique agricole ; des projets de distribution – cantine, épicerie solidaire ; et des activités culturelles – bibliothèque, club sportif, association de garde partagée, ferme pédagogique... Un schéma explique les liens entre les diverses activités de la zad - agricoles, artisanales, culturelles. Bref, les « zadistes » ont accompli leur part de travail – en un temps record ! – et montré leur bonne volonté. Au gouvernement de respecter sa parole.