samedi 31 mars 2018

« Pauvre chéri ! »



Pas mal !

«J’arrête le combat car je n’ai trouvé aucun soutien nulle part». Dans les colonnes du Parisien ce samediThierry Ardisson annonce qu’il ne se battra plus pour la préservation des arcades de la rue de Rivoli (Ier arrondissement de Paris) au-dessus desquelles il habite

Depuis un peu plus de trois ans, il réclamait la fermeture des commerces qui s’étendent dans ces espaces couverts comme les boutiques de souvenirs, les sandwicheries et autres vendeurs de paninis, kébabs et hot-dogs

. «On se croirait aux puces de Clignancourt alors qu’on est en face du Louvre!», déplore toujours l’animateur de Salut les Terriens! .

Source

On lui dit que dans certains coins de banlieues un kebab c’est sympa et que certains habitants ne demanderaient que ça mais qu’ils en sont privés ?

On lui dit qu’en Lozère il n’y a pas de paninis ?

Les gars ne vivent pas comme nous.

Nous les faisons vivre et ils nous crachent à la gueul dessus.

Enfin moi, ça fait des années que je ne l’écoute ni ne le vois plus...