lundi 12 mars 2018

Nigeria : le virus Lassa, proche d’Ébola se répand.

Nous en parlions hier...curieux...




La lutte contre les virus émergents s’accélère. Créée en 2017 à la suite de l’épidémie d’Ebola, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a annoncé, mercredi 7 mars, un premier investissement de 37 millions de dollars (30 millions d’euros) dans deux candidats vaccins contre la fièvre de Lassa et le virus MERS. Cet argent alloué à la biotech autrichienne Themis doit financer les deux premières phases d’essais cliniques.

La coalition, qui réunit Etats, organisations internationales, instituts de recherche et laboratoires pharmaceutiques a déjà levé 630 millions de dollars avec l’ambition d’accélérer le développement de nouveaux vaccins. Issu des découvertes de l’Institut Pasteur, celui contre la fièvre Lassa est une priorité car cette maladie aux symptômes proches d’Ebola a fait 72 morts depuis le début de l’année au Nigeria, a indiqué récemment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) – parlant de « record » –, tandis que les autorités sanitaires du pays annoncent désormais un bilan de 110 morts.

Selon ces dernières, le nombre de personnes infectées s’élève à 353 en 2018, contre 143 sur l’ensemble de 2017. « On est sur un taux de transmission interhumain bien plus faible qu’Ebola, donc il est peu probable que l’épidémie s’accentue de façon exponentielle. Mais c’est préoccupant car plus le nombre de cas est élevé, plus on a du mal à limiter les contacts et plus l’épidémie sera difficile à contenir », estime Sylvain Baize, spécialiste des fièvres hémorragiques à l’Institut Pasteur, dont l’équipe est à l’origine du candidat vaccin contre Lassa. Transmise à l’homme par des rongeurs, la fièvre de Lassa est endémique dans plusieurs pays d’Afrique occidentale dont le Bénin, le Ghana, le Mali, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. Au Nigeria, la majorité des cas ont été diagnostiqués dans le sud, dans les Etats d’Edo, d’Ondo et d’Ebony.

Source


On a toutes les conditions réunies à Paris...:

Source

  • La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë d’une durée d’une à quatre semaines qui sévit en Afrique occidentale.
  • Le virus de Lassa se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs.
  • La transmission interhumaine et en laboratoire se produit également, en particulier dans les hôpitaux où les mesures de prévention et de lutte anti-infectieuse laissent à désirer.
  • La fièvre de Lassa est endémique au Bénin, au Ghana, en Guinée, au Libéria, au Mali,en Sierra Leone et au Nigéria, mais elle est sans doute présente aussi dans d’autres pays d’Afrique occidentale.
  • Le taux global de létalité est de 1%. Celui des patients atteints de formes sévères peut atteindre 15% en milieu hospitalier.
  • Des soins de soutien précoces, axés sur la réhydratation et le traitement symptomatique, améliorent les chances de survie.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.