mardi 27 mars 2018

Des recouvreurs de dette à l’affacturation.

Non, je ne parlerai pas des meurtres et des religions, non.

C’est trop tard. Je regarde ma rue, mon quartier. Et ça me suffit. Un petit bout de monde qui reflète tellement bien notre système commun. Oui, commun.

Quelque soit notre religion ou notre couleur, nous en faisons partie. C’est rageant, n’est-ce pas ?
Nous sommes liés même quand nous ne le voudrions pas.

A chaque bout de ma rue, un dealer. Nous nous saluons chaque fois que nous nous croisons. Poliment. Nous partageons le même trottoir.

La mosquée, déguisée en centre culturel qui ouvre et ferme ses portes selon les heures de prière, scande les heures encombrées ou vides, les ouvertures et fermetures des magasins. Marrant.

La drogue rythme les heures où on peut sortir et celles où on est mieux chez soi.
Ici c’est la nuit le plus « safe » et le petit matin « le plus sauvage ».

C’est tranquille ici. Pourquoi ? Parce qu’il y a beaucoup, mais alors beaucoup, d’argent qui circule !

On ne va pas mettre en faillite une affaire qui tourne ! Et tout tourne ensemble. Dingue, non ? ;)

Pour comprendre comment ça marche il faudrait prendre l’image de l’affacturage...
(vous allez aimer ;)

L’affacturage est une conséquence de la financiarisation de l’économie. Dans le cas des (très) grosses entreprises il faut savoir que ce machin de Ponzi fait vivre des kyrielles de gens différents ...

Alors que RIEN n’est créé, qu’il n’y a aucune production, que du fric qui est créé à partir d’argent qui n’existe pas encore et parfois même n’existera jamais. Well done !

Au final, le bénéfice tout à fait réel n’aura été que virtuel du début à la fin. Un genre de bitcoin mais que tu touches « en vrai » même s’il est « faux ». Magique ! :)

Une arnaque qui nourrit des centaines d’intermediaires... un vol ... à la limite de la légalité....faut être vraiment intelligent pour inventer des machins comme ça...non ? Non. Mais c’est une autre histoire.

Bref, mon quartier fonctionne comme l’affacturage, qui n’est, lui même, que l’image du fonctionnement de notre système partagé.

Depuis qu’on nous le dit qu’on est tous frères...! :)

———- l’affacturage, sur Wikipedia, réfléchissons ensemble ;)
Sachant que l’outil ci-dessous est un outil « de guerre ».... ;)

Avant les usuriers te cassaient les genoux si tu ne remboursais pas. Maintenant, heu..ben.. aussi en quelque sorte... mais l’argent continue à circuler quand même ...
super ! Et ça marche comme ça du haut en bas de la pyramide....maintenant je vous fais confiance pour remettre tout ça à l’échelle d’un quartier...l’exercice est intéressant et on comprend bien à la fin que ce n’est pas la peine de s’agacer...tout est sous contrôle... ;)

De qui ? Ha, ha ! Faites l’exercice ...

L'affacturage est une opération ou technique de gestion financière : un établissement de crédit spécialisé (l'affactureur ou, en anglais, factor) prend en charge le recouvrement de créances d'une entreprise dans le cadre d'un contrat. L'affacturage recouvre trois prestations qui peuvent être toutes souscrites ou non par l'entreprise  :
  • Le recouvrement des créances clients : l'affactureur gère pour le compte de son client l'enregistrement des factures, la relance des débiteurs en cas de retard de paiement, assure les encaissements et le service contentieux en cas de non-paiement. Il s'agit d'un service de cession de créances.
  • Le financement de la trésorerie : l'affactureur avance le montant des créances dès leur présentation par le client. Il s'agit donc d'un crédit à très brève échéance, correspondant au délai de paiement accordé au débiteur. Il n'y a pas de cession de créances et il revient au client de relancer le débiteur en cas de retard de paiement. Si le client ne parvient pas à obtenir le paiement de la facture à temps, il devra rembourser à l'affactureur l'avance de trésorerie. Le montant avancé est celui de la créance (ou moins suivant les contrats et/ou en fonction de la connaissance qu'a l'affactureur des débiteurs), après déduction de frais de gestion (fixes et/ou variables).
  • L'assurance crédit : En délégation du contrat.






6 commentaires:

  1. Ô dette pour tout le monde, qui devrait en fait nous rendre plus solidaires les uns des autres comme dans l'évangile selon Jésus

    si le drmeur edt déjà passé, autre est le demandeur...


    « C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée. Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié ; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi ? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait. C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son 



    RépondreSupprimer
  2. Perso, ce qui m'a le plus laisser pantois par le passé, c'ètait la dette dite du tiers monde

    Une grande partie des fonds détournés par des pouvoirs corrompus ayant contracté ces emprunts au nom de leur peuple qui devra les rembourser et fonds en grande partie revenus de manière détournée dans les pays développés prêteurs...après la décolonisation il fallait bien trouver autre chose

    RépondreSupprimer
  3. ça cause d'argent ici ou bien je me trompe?

    ça cause pouvoir , corruption, détournement....

    Comme d'habitude on est dans la religion du moment,l'argent, la dette, les méchantes élites, et tutti quanti.

    Eh oui la drogue , les vols , l'insécurité c'est le veau d'or, l'argent. Nous les gens "biens" on bosse pour notre plaisir et surtout notre pognon(aussi).

    Alors quelle est la différence avec la rue?
    Ben euh ...c'est évident, c'est la violence .
    Et pourquoi la violence?

    ...parce que dans la rue rien n'est a crédit!!!!!


    Nos bourgeois d'aujourd'hui sont tous les emprunteurs , ceux qui vivent avec de l'argent qu'ils n'ont pas.
    Ah oui et qui est-ce?
    Ben tout le monde.....

    Alors on est tous frères? Eh oui frères dans la même dette, dans la dépendance au fric qu'on a bouffé avant de l'avoir.
    Que ceux qui n'ont pas d'emprunt sur le dos lèvent la main?


    Merci les banques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça cause pouvoir , corruption, détournement....

      Exactement !!! Et tout tourne et c’est huilé...

      Pas que la dette des uns mais tout l’argent y compris « les aides” qui sont une forme d’esclavage aussi et qui nourrissent ceux qui les distribuent .....

      Perversion.

      Supprimer
    2. perversion effectivement mais dans le concept de vie.
      L'état Français redistribue la majorité de ses prélèvements. Ce qui veut dire basiquement que la dette est artificielle et n'a aucune importance dans le lien entre l'état et les citoyens.
      Mais alors pourquoi tant d'émoi pour ces questions qui sont anecdotiques?
      Parce que la forme a plus d'importance que le fond. Notre monde n'a plus de vrais problèmes , donc il faut en créer!

      A propos d'esclavage: quid des défiscalisations en tous genres ? Une redistribution vers les capital? Ou bien juste un équilibre entre les 2 mondes , les "riens" et les "trop"?
      perversion...perversion...

      Supprimer
    3. Prélèvements effectués par les entreprises elles-mêmes à plus de 90% des cas et le prélèvement des impôts à la source va augmenter encore le travail!
      Donc l'état sous-traite le travail .
      Pas étonnant qu'il passe son temps à faire des allègements et autres carottes redistributives aux entreprises!
      Que produit pour la société le bénéficiaire du RSA ? Il consomme son RSA ! Donc il remet en circuit l'aide.
      Le discours sur la chasse aux faux chômeurs est de la com pour ceux qui bossent. Il faut bien encourager un peu le travail!
      Des carottes pour tout le monde, mais pas les mêmes!!!!

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.