jeudi 15 février 2018

Pratiques vraiment bizarres de nos ancètres.







En Suède, des ossements humains, placés dans une ancienne tombe funéraire aquatique, recèlent des secrets que les scientifiques tentent encore de déchiffrer. Des dépouilles de plus de 8 000 ans, ayant pour certaines un pieu enfoncé dans le crâne...

 L’étude, publiée le 9 février 2018 dans la revue Antiquity, révèle que la sépulture, qui se trouvait au fond d’un petit lac à l’Âge de pierre, abritait les dépouilles de 11 adultes (on a retrouvé des crânes et quelques os) ainsi que le squelette d’un bébé. Autour d’eux, divers os d’animaux, comme l’indique le chercheur Fredrik Hallgren, archéologue à la Fondation du patrimoine culturel de Västerås en Suède.

Parmi ces os, les scientifiques ont pu compter trois femmes adultes et six ou sept hommes. « Impossible de connaître le sexe des autres personnes, nous n’avons retrouvé que des bras et des jambes démembrés », explique l’archéologue.

Plus étonnant encore, des mâchoires ont été retrouvées, indépendantes des crânes et ne correspondant pas à celles des humains. Une nouvelle étude déterminera l’origine de ces mâchoires.

C’est là que l’étude commence à passionner les chercheurs suédois. Ils ont remarqué que dans deux des crânes présents, des pics en bois étaient enfoncés jusqu’au sommet de la tête.
Sept des adultes, dont deux femmes, ont également montré des signes de traumatisme, comme l’expliquent les scientifiques dans l’étude. Fait étonnant, les hommes avaient tous des traumatismes sur le devant de la tête, tandis que les blessures des femmes se trouvaient à l’arrière.
« Mais ce traumatisme ne les a pas tués, du moins pas immédiatement, parce que tous les crânes montrent des signes de guérison, a souligné Fredrik Hallgren. Il s’agit d’un rituel très complexe, qui est très structuré », a-t-il encore déclaré au magazine Live Science.



Pour quelles raisons des humains ont-ils été placés dans une tombe sous-marine ? Il y a 8 000 ans, il y avait un petit lac, là où les fouilles ont été effectuées. Avec le temps, le lac a été envahi de roseaux, puis une forêt a grandi au-dessus.
En fouillant, les archéologues ont remarqué que de grosses pierres et des piquets de bois ont été installés pour former une tombe géante de 12 mètres sur 14, l’équivalent de la taille d’un bus scolaire. Les squelettes humains ont été placés au centre de la structure et les corps des animaux autour.
« Le fond du lac était un environnement pauvre en oxygène, ce qui signifie qu’il n’y avait pas beaucoup d’oxygène disponible pour les micro-organismes intervenant dans la décomposition osseuse », explique l’archéologue Fredrik Hallgren. En créant une tombe sous-marine, quelqu’un a donc voulu préserver les corps plus longtemps possible.


Qui étaient ces personnes ? Si les crânes montrent un signe de guérison, ces êtres humains ont peut-être été soignés après avoir subi un traumatisme. De plus, le fait de les placer sous l’eau pour les conserver leur donne un statut particulier.
« Il est possible que ces gens aient fait partie d’un groupe stigmatisé. Peut-être, par exemple, qu’ils étaient des esclaves », suggère le chercheur Fredrik Hallgren. « Ce sont probablement des gens qui, après leur mort, avaient été choisis pour être inclus dans ce rituel à cause de qui ils étaient, ou des choses qu’ils ont vécues durant leur existence », déduit encore le scientifique.


--------

Bref, ils ne savent rien et moi non plus. Vous, peut-être...

Nos ancêtres se cassaient déjà la tête...

17 commentaires:

  1. Toujours le mot pour rire Wendy. Nos ancêtres se cassaient la tête...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais...et on va pas tarder à tomber sur ceux qui se cassaient le cul...

      Supprimer
    2. ouaih mais le texte parle de guérison après pénétration. C'est pas de la cassure.
      Et puis ce n'est pas de l'humour et ici il n'y en a pas souvent. C'est dommage.
      wendy n'a peut-être pas la tête à ça?

      Supprimer
  2. Attends parce que tu as lu suédois tu as cru que c'était tes ancêtres, non c'est l'ancêtres des Suédois pas des français.
    C'est comme ça t'arrange quand on trouve des ossements en Afrique c'est pas tes ancêtres mais par contre en Suède oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es pas au courant ?

      Supprimer
    2. Il est vraiment neuneu ce 06:20 pour changer.

      Je suppose que quand Wendy parlait ici d'ancêtres, il n'y avait aucune question raciale ou ethnique en jeu. Juste des humains ayant vécu bien avant nous.

      C'est toi qui a un problème d'identité, je pense. Tu te ridiculises en essayant de rabaisser les français parce qu'ils ne sont pas tous de type nordique ou je ne sais quoi. Ils restent toujours plus "blancs" que toi Mohammed, "blanc" n'étant pas la couleur de peau seulement, mais aussi les gènes et la culture. Tu aurais dû rester chez toi pour rester heureux. Désolé pour toi...

      Supprimer
    3. Attaque gratuite d'une rare stupidité.

      Les êtres humains d'il y a 100ans sont aussi nos ancêtres. Ce n'est pas parce que la théorie principale (et c'est loin d'être une certitude) de l'origine de l'homme se situe vers l'Afrique qu'on est obligé de penser que tous nos ancêtres viennent de là.
      J'ai pas non plus la certitude que je suis un enfant de la savane. Je crains la chaleur et supporte très bien le froid j'ai des poils roux dans ma barbe, je pense que je suis plus proche du Vicking que du Massaï.

      Et même si de nombreuse peuples Africains sont des peuples dignes et fiers. Quand on regarde le comportement majoritaire de ceux qu'on a chez nous, on a pas très envie d'y être associé.

      Nash

      Supprimer
  3. http://tingotankar.blogspot.dk/2010/08/8000-ar-gamla-kranier-hittade-i-motala.html

    https://sv.wikipedia.org/wiki/Motalas_historia

    https://www.b.dk/viden/stenalder-sensation-i-sverige

    http://ostgota.lokaltidningen.se/nyheter/nyheter_motala/2011-10-04/-Unika-fynd-vid-Kanaljorden-159088.html

    http://www.dandebat.dk/dk-historie6.htm



    pout tous le anonymes



    old news

    thierry

    RépondreSupprimer
  4. Le vocabulaire normand
    d'origine scandinave
    par Gilles Mauger
    1ère partie
    http://magene.pagesperso-orange.fr/secrets.html

    Le vocabulaire normand
    d'origine scandinave
    par Gilles Mauger
    2e partie
    http://magene.pagesperso-orange.fr/secrets2.html

    RépondreSupprimer
  5. n'essayez pas de voir un rapport avec vous. C'est pratiques ne concernent ni VOS ancêtres ni vos croyances.
    Vous ne pouvez pas comprendre ni sur le plan scientifique ni de vos religions, ni de vos histoires.
    Petite info : comparez à vos pratiques sur les animaux......

    RépondreSupprimer
  6. Et dans la rubrique "Ecologie" :

    - Elle est où Mamie ?
    - dans le bac à compost.

    http://www.fawkes-news.com/2018/02/ecologie-glauque-le-compost-humain-la.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc on ne dit plus "faut pas pousser mémé dans les orties", mais "mémé fait pousser les orties"

      Supprimer
    2. trouver une couronne dentaire dans le pâté ou faire pousser les orties-mémé laquelle est un fawke?
      Les bouts de bois dans le crâne ont déjà existes au Tibet et chez les Mayas
      La vraie question serait de savoir pourquoi?

      Supprimer
    3. Des hypothèses sur la question ?

      Supprimer
    4. pour la couronne dans le pâté il n'y a pas besoin d'hypothèse . Mais pour les bois dans la tête c'est peut être une stimulation ?
      Mais je passe mon tour!
      Quand à mémé dans le compost ce n'est pas si vieux le temps où chacun pouvait creuser sa tombe au fond du jardin.
      A propos ....Lelandais et ses découpes de la petite fille est un mec compliqué. Il a dispersé les morceaux....Est-ce un rite aussi incompréhensible que ces bois dans la tête?

      Supprimer
  7. pour le pâté c'est soleil vert:)

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.