lundi 19 février 2018

Les nigérians cassent les prix.

Source
Au nord de Naples, une station balnéaire abandonnée a été réinvestie par les clandestins africains et les gangs nigérians qui règnent sur la prostitution et le trafic de cocaïne.





A Castel Volturno, il n'y a plus de droit, il n'y a plus d'Etat. La moitié des habitants sont des clandestins africains qui occupent des pavillons décatis devenus des squats. Dans ces quartiers à l'abandon, la mafia nigériane est comme chez elle. Elle règne sur la prostitution et le trafic de drogue. A chaque coin de rue, un cerbère contrôle sa portion de territoire, un bâton dans une main et un téléphone dans l'autre. A Castel Volturno, une journaliste ne se promène pas sans escorte.

Les seules femmes que l'on croise sont des prostituées nigérianes, le plus souvent mineures, que leurs souteneurs font travailler sur la via Domitiana, le long de la mer. Tarif : de 10 à 15 euros la passe. Certaines s'offrent même pour 5 euros.






(La dope à combien ?). Merci les nigérians. On garde l’Espagne pour les clopes ? Ou pas ? vous livrez ?