jeudi 15 février 2018

« Laisse aller c’est une valse ».



Je vous lis ! Je n’ai pas le temps de répondre mais je vous lis. Je pense à vous.

Tout se délite et se dégrade. Le tout est de conserver le sens de l’humour et de l’autodérision.

Bien sur nous sommes plus pauvres, bien sur nous sommes très seuls devant nos écrans et dans nos vies besogneuses, bien sûr seul un peu d’amour, pour les plus chanceux, réchauffe nos cœurs, bien sûr demain est très incertain.

L’espace commun devient pour certains un champ de bataille quotidien, l’ambiance au travail est surréaliste pour beaucoup, nos rêves sont bridés ou semblent étranges pour FB...

Au fond de chacun de nous palpite notre âme. Elle éclaire notre chemin difficile, elle parle à notre conscience, parfois elle hurle.

Au fond de nous il y a une pierre précieuse d’une pureté sans égale. C’est la vie.

Seul le temps compte.


(Une voyance sur la fin du système mondial).

Laissons faire les âmes perdues qui s’agitent simplement pour posséder ce qu’elles ont déjà : la puissance et la gloire sur la terre.

« Nous sommes nés trop tard dans un monde trop vieux ».

Je pense qu’il faut que les folies courent à leur terme. Et que nous restions calmes.

Ce monde s’effondrera. Il faut simplement donner à nos enfants les moyens de faire face au futur.

Nous devrons, nous, gérer les pénuries et c’est déjà beaucoup.

Pénuries de denrées, comme d’ethique, comme de cerveaux.

Courage à nous ! La destruction va aller de plus en plus vite !



La Saint-Valentin hier, vue par le magazine « Vice » :


Tesla in space vue par les russes :









Sinon, c’est la révolution et c’est pas bien.