dimanche 7 janvier 2018

Pakistan, eau et surpopulation.







l'eau, toujours plus rare au Pakistan, atteint des niveaux de pollution dramatiques, faisant des dizaines de milliers de victimes.

D'après l'ONU et les autorités pakistanaises, entre 30 et 40% des maladies et des décès sont liés à la mauvaise qualité de l'eau. "C'est le problème numéro 1 en termes de santé publique".


Chaque année, 53.000 enfants pakistanais meurent de diarrhée après avoir consommé de l'eau non potable, relève l'Unicef. Typhoïde, choléra, dysenterie et hépatite sont fréquents.
A Lahore, 11 millions d'habitants, la rivière Ravi, qui dessert la ville, est utilisée comme déversoir par des centaines d'usines en amont.
"Plusieurs études ont montré la présence de métaux lourds dans les arêtes des poissons". Des poissons qui sont ensuite consommés par les populations locales. La Ravi est aussi utilisée pour irriguer les cultures avoisinantes, elles-mêmes riches en pesticides. Source
"Ceux qui peuvent se le permettre achètent des bouteilles d'eau. Mais quid de ceux qui ne peuvent pas?".

A Karachi, ville aux 15 millions d'âmes, des mafias suppléent l'indigence du réseau local, souvent coupé, en vendant à prix d'or le précieux liquide qu'elles apportent par camions-citernes.

L’eau se raréfie également. Selon toutes les projections officielles, le pays, qui a vu sa population quintupler depuis 1960 pour atteindre 207 millions d'habitants, se retrouvera d'ici 2025 en situation de "pénurie absolue", avec moins de 500 m3 disponible par Pakistanais. Soit trois fois moins qu'en Somalie actuellement, d'après la FAO.

Faute de pluies régulières, les pompes puisent de plus en plus profondément dans les nappes phréatiques, où la teneur en arsenic est naturellement plus importante, explique-t-il. Quelque 50 à 60 millions de Pakistanais s'empoisonnent ainsi à petit feu, selon une étude internationale divulguée en août 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.