mardi 23 janvier 2018

Nucléaire : la maintenance défaillante au cœur du réacteur.

« C’est incroyable qu’on n’ait pas encore fondu un cœur de réacteur ».



Résultat de ces changements majeurs de gestion et d’organisation : l’installation s’abîme, au niveau matériel comme au niveau humain. Le secteur de la maintenance s’est complètement vidé. Cette activité est désormais assurée à 80 % par les sous-traitants. Des tas de métiers ont été éliminés. Il n’y a plus un agent chaudronnier au sein d’EDF, alors qu’une centrale compte des dizaines de kilomètres de tuyaux. Ou alors, il fait autre chose que de la chaudronnerie : il est chargé d’affaires dans les bureaux, par exemple. « On manque à ce point de soudeurs qu’on est totalement dépendants des prestataires. Quitte à ce qu’ils viennent se faire la main chez nous. Lors du dernier arrêt de tranche, ils s’y sont repris à 14 fois sur certaines soudures ! », raconte Louis qui a l’impression de patauger dans l’absurde.
« Si Kafka venait chez nous, il écrirait deux bouquins par trimestre », enfonce Louis. En cas de fuite sur un circuit, au lieu de la réparer, on envoie un agent de terrain qui doit cocher une case sur une feuille A4 qu’il garde avec lui (et qu’il remet en fin de journée à son responsable) toutes les deux heures pour dire qu’il y a une fuite. Même chose pour une alarme incendie défectueuse, se désole Frank : on envoie quelqu’un toutes les deux heures pour s’assurer qu’il n’y a pas d’incendie. Et il coche.
Au-delà du désintérêt de ces missions et du mépris qu’elles représentent pour un salarié, le système n’est pas du tout sûr : « Le gars peut très bien cocher la case sans aller vérifier. C’est déjà arrivé », note Franck. Il y a aussi eu le programme OEEI, pour « Obtenir un État Exemplaire des Installations ». « C’était magnifique, ironise Jean. Ils ont décidé ça en 2005, réalisant que les installations s’abîmaient, quand même… Chez nous, ils ont tout repeint. Même des trucs qu’il ne fallait pas peindre. Avec les mécanos, les électriciens et les chimistes, on était atterrés. On se demandait si c’était une blague. Comme si une centrale, qui est avant tout une usine, devait ressembler à un salon de thé. » 

« Quand un accident arrive, ce n’est jamais celui qui était prévu »

« Notre entreprise se casse la gueule, il faut être clairs là dessus. Mais on ne peut pas dire que c’est seulement à cause de l’organisation du travail. C’est délicat, parce que chacun de nous en fait partie. Du coup, quand ça ne va pas, on accuse les prestataires », déplore Louis. Ce fonctionnement atomisé, où chacun travaille de son côté sans se sentir responsable de quoi que ce soit, pose de vrais problèmes en matière de sécurité. « Le risque nucléaire est énorme, et on le sait. Enfin, nous, on le sait. Mais il faut pouvoir l’assumer collectivement. Ce n’est pas possible individuellement. Dans un cadre collectif, on peut gérer un accident beaucoup plus facilement. Parce qu’on se parle, on se connaît, on évalue au fur et à mesure ce qui se passe et ce qui peut être fait. »
Les techniciens regrettent que les cadres s’accrochent à des procédures, dans lesquelles ils semblent avoir toute confiance. « La surveillance est assurée par des gars qui suivent ce que disent des ordinateurs, ou des listings pré-établis. C’est n’importe quoi, proteste Louis. Quand un accident arrive, ce n’est jamais celui qui était prévu ou programmé. »
Pour lui, si un accident grave devait arriver, « ce serait à cause de l’organisation du travail : il y aura un enchaînement de conneries, d’absence de prise de décision, de non-mobilisation des compétence de gens qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble. » « Ce que nous espérons, termine Frank, c’est qu’un jour ils n’arriveront tout simplement plus à redémarrer les centrales, faute de compétences. Et que le nucléaire s’arrête comme ça. Enfin ça, c’est le scénario optimiste. »
[« Un jour, un poste de chef s’est libéré, rapporte Louis. A notre grand étonnement, ils ont choisi le plus médiocre des quatre candidats. Celui que nous pressentions connaissait pourtant l’installation comme sa poche. Il aurait même pu être le directeur de la centrale. Il nous a semblé complètement absurde qu’il soit écarté. On a compris des années plus tard. Il incarnait ce que la direction voulait démolir : notre métier. Ils ne pouvaient pas privatiser EDF comme ça, d’un seul coup. On aurait mis la France dans le noir. Ils ont donc fait autrement ; ils nous ont attaqué là où on était forts, là où on était soudés, là où on avait le pouvoir : notre travail. »]

13 commentaires:

  1. Ils sont bien content chez EDF de faire bosser le prestataire.
    Souder leurs tuyaux pourris(sur des morceaux de neuf) avec contrôle drastique(ce qui est normal)par des sous traitants qui bouffent de la merde,dorment à plusieurs,et font des milliers de kilomètres pour aller de centrales en centrales.
    ça ne les dérangent pas,ils ont leur cantoch rien que pour eux,le petit dossier à la main et bisou à bobone le soir a partir de cinq heures.
    Sinon,ils n'ont jamais rien défendu,à part garder leur emploi dans leurs centrales qui s'écroulent.
    Qu'ils disparaissent avec leurs monstres a vapeur ces zombis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu’ils disent est vrai.
      Ce que tu dis l’est aussi. Malheureusement.

      EDF, ses agents, son CE... bref... je te donne personnellement raison sur les’points’ réels que tu soulèves.

      Supprimer
    2. Ce que je dis est vrai puisque je l'ai vécu.
      Quant aux catastrophes nucléaires,il ne faut pas s'en faire,elles ont déjà eu lieu sur plusieurs sites.
      Ce qui est bien avec la radioactivité(du moins pour eux),c'est qu'une fois lachée dans la nature,elle ne se voit pas.

      Supprimer
  2. Est ce que ce qui suit concerne le scénario pessimiste ? :
    « Risque avec les centrales nucléaire?
    Il ne va pas faire bon habiter près des centrales. Tous les circuits sont touchés. Mieux vaut ne pas s’en occuper. »
    « Les centrales nucléaires: ensevelies, si elles ne sont pas circoncises. »
    http://files.clefsdufutur-france-afrique.webnode.fr/200015310-dfb78e0b15/04%20au%202112.2017%20Doc%20Source%20ClefsduFutur%20France.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas eu le temps de lire les 50 pages de ton pdf. Alors je ne sais pas si c'est ce qui est dit dedans. Patrick Reymond du blog "la Chute" pense que jamais ces centrales ne pourront être démantelées et qu'elles seront tout simplement ensevelies. Je suppose que le plus tôt serait le mieux. Même s'il faudra mettre un panneau pour les milliers de générations futures : "tabou".

      Cette énergie est diabolique et je prie pour que l'inévitable accident soit justement évité.

      J'espère au pire que ce sera Fessenheim avec un vent d'ouest qui ne traverse pas les frontières. :)

      Bon, je ne le pense pas bien sûr.

      Ce qui fait peur, c'est qu'en cas d'accident, on n'aura jamais de héros prêts à se sacrifier comme à Tchernobyl. Encore qu'on ne leur avait pas trop demandé leurs avis. Il y a eu une vague de mariages à cette époque chez les jeunes car cela leur évitait d'être envoyés au casse-pipe.

      Si ça ce n'est pas le mal absolu, je ne sais pas ce que c'est :

      https://rarehistoricalphotos.com/the-elephant-foot-of-the-chernobyl-disaster-1986/

      Tiens, au fait, c'est peut-être pour ça que micron veut refaire un service militaire...

      Supprimer
  3. Ce sont les mêmes manigances partout, partout et on se laisse faire à chaque fois : « Ils ne pouvaient pas privatiser EDF comme ça, d’un seul coup. On aurait mis la France dans le noir. Ils ont donc fait autrement ; ils nous ont attaqué là où on était forts, là où on était soudés, là où on avait le pouvoir : notre travail. »

    RépondreSupprimer
  4. merci infiniment pour ses infos ,mais au fait que dit la
    CRIIRAD ?
    bonne soirée a tous

    RépondreSupprimer
  5. La CRIIRAD fait des rapports sur les radiations et non sur la connerie!
    A propos de distance , désolé mais une défaillance ne toucherait pas QUE les voisins immédiats.
    Le grand mystère de notre époque ce n'est pas l'état ni la fragilité de nos centrales. C'est surtout que la radioactivité soit si faible partout sur la planète au regard des accidents de ces 50 dernières années. Et encore certains comme au Japon ne sont toujours pas maîtrisés....
    Pour les gars de EDF moi au contraire je dis chapeau messieurs . Les planqués il y a la-dedans je veux bien le croire (comme partout). Mais ceux qui sont visibles sur le terrain ont des procédures et du savoir faire qui n'ont jamais été égalés.
    Si vous voulez comparer regarder les pieds nickelés qui installent Linky et vous comprendrez de quoi je parle!
    Pour ceux qui parlent de danger nucléaire il y a aussi beaucoup d'autres lieux aussi risqués non répertoriés.
    Si dans l'estuaire du plus grand fleuve sauvage de france un terminale gazier était endommagé .....2 millions de gens ne se réveilleraient pas au petit jour....suivant les vents et la remontée du fleuve sur plusieurs centaines de kms....
    A méditer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était bien sûr une blague (douteuse, certes) quand je parlais de Fessenheim. Je ne souhaite ça à personne. :)

      J'avais un oncle qui bossait à EDF, un vieux de la vieille coco décédé d'un cancer du poumon semble-t-il dû à son métier. C'est clair que ces types on pouvait compter dessus. Ils ont construit et entretenu un réseau impressionnant. On peut penser à la tempête de 99 par exemple.

      Le problème c'est que cette entreprise est coulée pour être dépecée malgré toutes ces centrales nucléaires... C'est très effrayant. Un peu comme la banque postale. De la banque de service public la plus sûre on passe à la pire des banques.

      Sur le nucléaire, je ne sais pas, mais ça me semble très dangereux. Il pourrait y avoir énormément de morts dans un autre accident industriel mais la radioactivité, c'est très durable dans le temps.

      Encore que j'ai peut-être tort. Que veux-tu dire par : "C'est surtout que la radioactivité soit si faible partout sur la planète au regard des accidents de ces 50 dernières années." ? Autour de Tchernobyl, on voit que la nature a repris ses droits...

      Supprimer
  6. Toutes les études sur les radiations menaient à un schéma mortifère planétaire. De Tree mile island et autres joyeusetées américaines au dernier cas en Russie l'année dernière tous les calculs donnaient la race humaine disparue. Mais bizarrement comme tu dis Tchernobyl et la nature ça reprend tranquille...Fukushima aurait normalement fermé la boutique totale japonaise .. et non , là aussi ça reprend tranquille.
    Donc les experts en désastres sont unanimes pour montrer nos turpitudes. Mais les experts en radioactivité sont perplexes. Est-ce qu'il faut une bombe atomique pour nettoyer ces humains si résistants? Il y a un truc mais on ne sait pas quoi!
    EDF est un rescapé mort-vivant de cette technique de déconstruction du service public. La Macronie est le podium final de cette farce. Mais beaucoup d'autres ont participé à ce chef-d'oeuvre de manipulation pour offrir ça au "marché"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un travail de fond (fonds ?) depuis l'après de Gaulle, que je n'aime pas par ailleurs. Une trahison sans nom. J'aimais bien l'idée européenne mais on sait tous ici que ce sera ultra-mortifère. On sera juste encore plus jeté en pâture aux appétits cosmopolites. Oui micron est là pour finir le travail et va aller vite. Très vite ! C'est pour cela que je reste nationaliste français envers et contre tout. Justement parce que je n'ai pas envie de tomber dans l'identitarisme, voie sans issue teutonne qui va nous la faire à l'envers !

      Sur la radioactivité, je ne sais pas ce que ça vaut, mais j'avais lu des théories sur les zélites géocidaires. Zélites qui utilisaient le nucléaire pour faire muter l'humain de force. L'idée de forcer une évolution chez nous pour les plus forts. Certainement pas positive... Une explication comme une autre au désastre "inexplicable" de Fukishima.

      Je ne sais pas. J'observe. :(

      Supprimer
  7. je sais pas mais il est évident que "ça" mute grave.L'alimentation des 50 dernières années peut-être mais même sans le nucléaire civil on voit bien le changement. Beaucoup d'aliments sont irradiés pour "notre" bien soi-disant...les engins ionisants sont dans notre quotidien depuis un certain temps. "ON" nous rassure régulièrement qu'un micro-onde ce n'est rien et que ça ne rayonne pas...Les technomédias (tous connectés sans fils)c'est du même acabit. Quand on en parle à des spécialistes du rayonnement ils nous disent qu'on ne peut plus rien faire. Nous sommes en mode "cuisson" douce dans un environnement toxique électro magnétique radiatif.Nos corps essayent de s'adapter ou à défaut de muter ou disparaissent dans de nouvelles et étranges maladies ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. excellent résumé et on peut même ajouter les nanoparticules qui contrairement aux ogm ont envahit sournoisement tout notre environnement.
      Contamination de l'eau (dite potable !) + contamination de l'air + contamination de la terre.
      La chasse aux "particules fines" est aussi un détournement vers les diesels alors que le sujet est beaucoup plus vaste et implique majoritairement l'industrie qui "nanote" tout ....

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.