vendredi 26 janvier 2018

Immigration, adoption ou hospitalité.





Si la gauche persiste à garder les frontières ouvertes, la sécurité sociale telle que nous la connaissons cessera d’exister. 

Voici en substance ce qu’a rédigé ce mercredi le président de la N-VA Bart De Wever dans les colonnes du Morgen. “Je suis pour une Europe aux frontières fermées”, a-t-il ajouté sur Radio 1.

“Il y a 37 millions de Soudanais, qui souhaitent sans aucun doute une vie meilleure. Avons-nous le devoir moral de recevoir tous ces 37 millions ?”, écrit le chef de la N-VA. “Dans ce désespoir moral, une industrie d’avocats de gauche, d’ONG et d’activistes s’est trouvée un fond de commerce. Selon eux, ce gouvernement a une politique inhumaine, égoïste et sans cœur”. Source
Cette gauche devrait donc choisir entre prendre soin de tout le monde en gardant les frontières ouvertes ou maintenir le système social belge à son niveau actuel. Si nous mettons notre sécurité sociale à la portée de tous, ils s’effondreront. 
Sa vision de l’avenir ? Les plus riches “se retireront dans des communautés fermées avec une surveillance privée où leurs enfants iront à des écoles privées et les résidents eux-mêmes paieront pour leur retraite et leurs soins privés.”
—————————

C’est une guerre contre les plus pauvres des européens.

L’exemple américain est là et nous prenons le même chemin.

Ceux qui veulent et peuvent sauver un humain en souffrance à titre individuel peuvent adopter un migrant.

Cela n’a rien à voir avec l’intimité de chacun et ses choix moraux mais avec les comptes sociaux des états, les impôts, les emplois, le coût de l’éducation et les infrastructures disponibles.

Quand le pape parle d’hospitalité il veut dire adoption. Dans l’hospitalité qui est due à tous il y a la notion de « invitation passagère » qui doit être offerte à tous.

Dans « adoption », il y a la notion d’aide, de nourriture et d’éducation et de partage des biens totalement pérennes ainsi que de responsabilité.

Le pape nous signifie que nous devons adopter les migrants et non pas offrir l’hospitalité aux voyageurs de passage.

C’est la vieille culpabilité de refuser un toit au juif errant.