samedi 27 janvier 2018

En France, le français est « langue étrangère ».

« Dans ma classe, il n’y a aucun primo-arrivant, mais les origines sont pour un tiers africaine, un tiers turque et un tiers maghrébine, explique-t-elle. J’ai quelques Picards, souvent issus de familles très défavorisées, des “cas sociaux”, comme ils disent eux-mêmes, et aussi quelques enfants de “gens du voyage” qui se sont sédentarisés. Pour la religion, c’est 90 % de musulmans. En tant qu’institutrice, ce qui m’inquiète au plus haut point, c’est que ces enfants, qui sont tous français, sont de moins en moins capables de comprendre notre langue. » Et de décrire une cour de récréation scindée en plusieurs groupes, définis non plus par l’ancestrale séparation entre le football, la marelle ou l’élastique, mais par la langue parlée : le turc, l’arabe ou le soninké. Le français a presque disparu. Les parents d’élèves, très impliqués, ont d’ailleurs récemment émis le souhait que le compte rendu du conseil de classe, qui leur est adressé, soit désormais rédigé en trois langues.






Les “cours de Coran” ont lieu en fin de journée, deux heures par jour, cinq fois par semaine, comme une école complémentaire. La structure n’existe pas à proprement parler — il s’agit d’un ancien garage, d’un appartement privé, de l’arrière-salle d’un restaurant. Rien d’officiel, mais précisément cette clandestinité rend les pouvoirs publics impuissants. « Ils peuvent bien annoncer la fermeture d’une “école coranique”il s’en ouvre une autre cent mètres plus loin huit jours plus tard »
Le problème n’est pas tant que des enfants musulmans apprennent le Coran, mais que cet apprentissage, jugé prioritaire par les parents, empêche des élèves déjà faibles, chez qui le français n’est pas maîtrisé, de faire leurs devoirs le soir, ou d’aller à l’étude et d’acquérir les outils nécessaires à leur intégration future.
Source

——- partition entre ceux qui peuvent lire un énoncé de problème et les autres.

La partition de vastes territoires perdus se sent très bien dans la baisse de QI catastrophique en France.
Sous prétexte de ne pas stigmatiser et de laisser faire on crée des esclaves qui deviendront, si tout va bien, magasiniers à 1/2 temps chez Amazon.

L'élite se reproduit en circuit fermé, comme au XIX° siècle.  Le paternalisme idéologique est toujours dynamique !

On ne naît plus « égaux en droits » en France. Et il n’y a pas eu besoin d’une réforme
constitutionnelle.