mercredi 24 janvier 2018

Après la vache folle, le cerf cinglé.

Source



Outre-Atlantique, on parle de « zombie deer disease » (maladie du cerf zombie). La maladie débilitante chronique (MDC) des cervidés touche principalement les cervidés d’Amérique du Nord, les cerfs de Virginie, les cerfs mulets (ou hémione), les élans et les rennes. 
Elle a été observée pour la première fois aux États-Unis, en 1967, dans le Colorado. Puis elle s’est propagée dans 23 autres États américains et dans deux provinces canadiennes, l’Alberta et la Saskatchewan. En 2016, elle a été détectée en Europe pour la première fois chez des rennes et des élans, en Norvège.
Quand la maladie touche des troupeaux et non plus des animaux sauvages, l’éleveur doit abattre la totalité de ses bêtes.
Ces scientifiques ont mené des tests sur des macaques (les singes qui présentent le plus de similitudes avec les êtres humains) et ont constaté que les primates contractaient la maladie après avoir mangé régulièrement de la viande infectée.
D’après les estimations de l’Alliance for Public Wildlife, un organisme canadien qui défend la conservation de la faune nord-américaine, entre 7 000 et 15 000 animaux infectés seraient consommés chaque année par des familles de chasseurs au Canada. Et les quantités augmentent de 20 % chaque année. 
Les experts conseillent aux chasseurs qui capturent des cervidés dans les zones où la maladie est présente, de faire tester la viande avant de la consommer (une politique déjà existante dans les deux provinces canadiennes touchées), et d’étendre les tests aux élevages. L’étude de l’Acia doit se poursuivre au moins jusqu’en 2019.

3 commentaires:

  1. Et avec le CETA, nous allons importer la viande de cervidés du canada contaminée?

    RépondreSupprimer
  2. Wendy !!! À 1'05 ! Culte !!!!

    https://m.youtube.com/watch?v=SOpcdJ_V5_M

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.