samedi 25 novembre 2017

Musulmans : «  vous pouvez quitter ce pays ».


Un conseil venu d’en haut.




Estimant que "les règles religieuses doivent être déterminées en fonction du lieu, de l'époque et des circonstances", le patron de la Ligue islamique a estimé que les imams en quête d'un avis de jurisprudence musulmane ne devraient "jamais s'adresser à une autorité en dehors du pays dans lequel ils vivent". Il a exprimé son "plein soutien" au Conseil français du culte musulman (CFCM), qui doit "continuer à travailler pour se faire connaître et respecter". Interrogé sur son rapport au wahhabisme, version saoudienne et très puritaine de l'islam, le secrétaire général de la LIM a répondu : "Pour nous, il n'y a pas de wahhabisme. Il y a l'islam, point." Mohammed al-Issa s'est dit hostile à la fois à "une forme d'ultrarigorisme", à "l'extrémisme idéologique" et au "terrorisme", rejetant "les Frères musulmans" comme "le salafisme djihadiste". Source

—- Le bourrage (inverse ?) de crâne en cours non épargné pour autant :







C’est mignon. Moins mignon :






C’est comme si nous avions un problème avec l’islam. Allô ? Mais allô, quoi !