dimanche 22 octobre 2017

« les héros sont fatigués ».

Bientôt même les pompiers ne viendront plus. 

Le premier type d'agression n'est pas nouveau : les guet-apens dans des quartiers de ville ou banlieue "à risques", visant des pompiers appelés pour un feu de scooter ou de poubelle.
"Sauf qu'il y a 20 ans ça n'arrivait qu'en région parisienne, aujourd'hui c'est beaucoup plus répandu, souvent des groupes de jeunes qui veulent protéger leurs petits trafics".

C'est la deuxième catégorie d'agressions, moins médiatisée, qui inquiète et interroge le plus la profession: les explosions de violences de personnes alcoolisées, droguées ou simplement au bout du rouleau, qui "pètent les plombs" face aux pompiers venus les secourir.

"C'est la violence la plus fréquente, qui concerne les villes comme les campagnes, la plus imprévisible pour des pompiers souvent seuls pour la gérer" vu la désertification médicale et le recul des services publics, explique le capitaine Christophe Reniaud, doctorant en sociologie.
Les risques y sont démultipliés : "On voit plus de gens qui s'en prennent à tout le monde, plus d'armes blanches aussi", souligne un pompier des Bouches-du-Rhône.





———- la police ne vient plus... l’étape Suivante ? On se debrouille, on ferme les yeux, on n’appelle personne, on lave le linge sale avec les voisins, on s’arrange, l’argent circule, chacun sa part....

Ho ! Wait ! C’est déjà comme ça.... donc l'étape Suivante ? La partition des territoires ? 
La régionalisation de la misère ? Ho ! Wait ! C’est déjà en cours....l’étape Suivante ?

[à ce propos, je devrais vous raconter comment, à deux pas de chez moi, un immeuble s’est débarrassé de ses dealers installés sur un canapé dans la cour....instructif....]

De plus en plus de gens deviennent fous ? Curieux, non ? Non.