mercredi 20 septembre 2017

Séisme au Mexique. 7.1.

Mexico19 septembre 1985 - 19 septembre 2017.


"Je suis résolument contre la peine de mort, sauf pour les architectes !" Woody Allen.
Via : @geographedumonde



20 commentaires:

  1. Il y a aussi des malfaçons de la part du BTP : manque de ferraillage, béton de moindre qualité, ... Un terminal agé d'un an à Roissy-CDG s'est effondré sans avoir besoin d'un tremblement de terre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait.

      Il faut voir les horreurs du BTP, surtout en ce qui concerne les appels d'offre.
      Tout le monde veut le marché, donc tout le monde tirent les prix vers le bas.
      Mais à ce prix là, ce n'est pas rentable.
      Donc on fait de la merde à toute allure.
      Qui viendra vérifié que le béton est armé une fois qu'il est coulé ?
      Le fonctionnaire maître d'ouvrage avec un beau costume et son marteau burin ?

      Supprimer
    2. A Roissy c'était une erreur de conception. On n'avait pas tenu compte de l'effet de poinçonnage des tubes de structure métallique sur les voiles de béton due aux mouvement de dilatation différents des deux matériaux exposés au cycle soleil/nuit.

      Pourquoi? Parce que le logiciel de calcul de descente des charges n'en tient pas compte.

      Un ingénieur classique n'aurait jamais commit une telle erreur : De façon empirique on sait que c'est un point de faiblesse potentiel et qu'il faut prévoir une 'patte' au niveau du point d'appuis.

      Mais aujourd'hui l'ingénieur n'a plus de savoir empirique. Il se fie sans hésiter à la simulation sur ordinateur. Et l'ordinateur disait que ça tiendrait. Ben non, les tubes métalliques ont poinçonné le beton et tout s'est effondré.

      Géocédille

      Supprimer
  2. Il y apparemment des moyens simples mais puissants de remédier à ces catastrophes / soeur Emmanuel de Medjugorje : https://www.youtube.com/watch?v=rErPuQ_h8qE

    Dernière apparition mariale le 2 septembre 2017 à Medjugorje en Bosnie, commentée par Soeur Emmanuelle Maillard :

    https://www.youtube.com/watch?v=QZaMmPDs5zQ

    En attendant le 23 septembre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. - Voir image de la constellation du 23 septembre 2017 tirée du logiciel Stellarium dans l’adresse du blog ci-dessous : une femme, une couronne de 12 étoiles et un serpent sous ses pieds.

      source : http://www.lasurviedupapepaulvi.com/2017/01/un-grand-signe-parut-dans-le-ciel.html

      D'après la Bible et les évangiles, Marie interviendra à la fin des temps.
      Voir vision de Saint Jean dans Chap.12 Apocalypse : "...couronnée de 12 étoiles...

      - film " M et le 3ème SECRET " - Apparitions de la Vierge Marie - Entretien avec Pierre BARNERIAS
      https://www.youtube.com/watch?v=k3R9VwvDpGA

      Supprimer
  3. Séisme ouragan ces catastrophes naturelles des punitions d' ALLAH pour éviter un tsunami en Mexique aux mexicains de se convertir a l'islam le 20.9.2017 si la fin du monde 22.9.2017 pour éviter l'enfer l'augmentation des séismes en islam signe de la fin du monde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne m'a accordé un rendez-vous à la mosquée du coin que seulement le 23. C'est le jour de l'apocalypse ! Serais-je sauvé tout de même par Allah ? :(

      Supprimer
  4. La veille du tremblement de terre d'Haïti, l’armée US simulait le déploiement des forces armée dans lîle….

    Un scénario catastrophe pour Haïti avait été envisagé au siège de l’US Southern Command (SOUTHCOM) à Miami une journée avant le séisme.

    La tenue des pré-simulations de catastrophes naturelles se rapportaient à l’impact d’une catastophe naturelle en Haïti. Elle a eue lieu le 11 Janvier. (Bob Brewin : la défense lance un système en ligne pour coordonner les efforts de secours Haïti (1/15/10) – GovExec.com)

    La "Defense Information Systems Agency" (DISA), qui est sous la juridiction du ministère de la Défense (DoD), a été impliqué dans l’organisation de ces scénarios, au nom du "US Southern Command". (SOUTHCOM).

    Défini comme un soutien au combat de «l’Agence», la DISA a pour mandat de fournir des TI et de télécommunications, des systèmes, des services logistiques d’appui de l’armée américaine. (Voir site DISA: Defense Information Systems Agency).

    Le jour avant le séisme », le lundi [Janvier 11, 2010], Jean Demay, directeur technique de la DISA pour l’agence transnationale de partage de l’information pour le projet de coopération, se trouvait au quartier général du Commandement Sud des États-Unis à Miami pour préparer un test du système dans un scénario impliquant la fourniture de secours à Haïti dans le sillage d’une catastrophe naturelle.

    "The Information Sharing Projet" de coopération transnationale (SCCI) est un outil de communication des informations qui « lie des organisations non gouvernementales des États-Unis [le gouvernement et l’armée] et d’autres pays, pour le suivi, la coordination et l'organisation des efforts de secours ». (IT au gouvernement "Scrambles Pour Aide Haïti", TECHWEB Janvier 15, 2010).

    La SCCI est une composante essentielle de la militarisation du secours d’urgence. L’armée américaine au travers de la DISA, supervise l’information du système de communication utilisée par les organismes d’aide. Essentiellement, il s’agit d’un système de partage des communications contrôlé par l’armée américaine, qui est mis à la disposition des organisations non agréé et partenaires du gouvernement. La "Defense Information Systems Agency" « fournit une bande passante à l’aide des organisations impliquées dans les efforts de secours en Haïti. »

    RépondreSupprimer
  5. Il n’y a pas de détails sur la nature des tests effectués le 11 Janvier au siège SOUTHCOM.

    A la DISA, Jean Demay a été chargé de coordonner les essais. Il n’existe pas de rapports sur les participants impliqués dans les scénarios de secours.

    On aurait pu s’attendre, compte tenu du mandat de la DISA, que les tests se rapportaient à la simulation des communications. logistique et systèmes d’information dans le cas d’un important programme de secours d’urgence en Haïti.

    Le concept fondamental qui sous-tendent la DISA Transnational Information Sharing Projet de coopération (SCCI) est de «réaliser l’interopérabilité avec Warfighters, la coalition des partenaires et les ONG » (Defense Daily, Décembre 19, 2008)

    Dès l’achèvement des essais et des scénarios catastrophe du Janvier 11, la SCCI a été contrôlée pour Haïti, dans « un stade de préparation avancé». Le 13 Janvier, le jour suivant le tremblement de terre. SOUTHCOM a pris la décision d’appliquer le système TISC, qui a été répété à Miami deux jours plus tôt:

    «Après que le tremblement de terre ait frappé le mardi [Janvier 12, 2010], Demay dit que SOUTHCOM à décidé d’aller appliquer le système. Le [lendemain] mercredi [Janvier 13, 2010]. La DISA a ouvert son service à tous les partenaires du réseau d’accès. Elle a soutenue par partage de l’information le projet de coopération transnationale, à toute organisation qui appuie les efforts de secours en Haïti.

    Le partage de l’information du projet, élaboré avec un soutien de SOUTHCOM et le département de la défense du commandement européen, a été en développement pendant trois ans. Il est conçu pour faciliter la collaboration multilatérale entre les organismes fédéraux et non gouvernementaux.

    Demay a déclaré que la DISA (communautés d’intérêts APON) a mis en place dès mercredi, l’aide humanitaire et de secours aux sinistrés d'Haïti. [le jour suivant le tremblement de terre],

    Près de 500 organisations et individus y ont adhéré, y compris une gamme d’unités de défense et de diverses organisations non gouvernementales et les secours groupes. (Bob Brewin, de la défense, lance le système en ligne pour coordonner les efforts de secours Haïti (1/15/10) – GovExec.com)

    DISA est une commande du sud (SOUTHCOM). Bureau hors siège à Miami. En vertu du Programme d’urgence de catastrophe Haïti ouverte le Janvier 12, le mandat de la DISA est décrit dans le cadre d’une opération militaire soigneusement planifiée:

    RépondreSupprimer
  6. Le Commandement Sud des États-Unis assure que la DISA a les capacités d'information qui appuiera notre nation à répondre rapidement à la situation critique en Haïti, a déclaré Larry K. Huffman, directeur principal de la DISA directeur de Global Information Grid Operations. «Notre expérience dans le soutien aux opérations de contingence dans le monde nous met en posture de nous adapter pour répondre aux exigences de USSOUTHCOM’s. »

    La DISA, est une agence de soutien au combat pour les ingénieurs et [sic] elle prévoit des capacités de commandement et de contrôle pour l'infrastructure d’entreprise afin de fonctionner en continu et à d'assurer un réseau mondial d’entreprise centrées dans le soutien direct aux combattants, conjointement au niveau national des chefs, et de la mission et des autres partenaires de la coalition à travers le spectre complet des opérations.

    En tant que leader du DoD des communications par satellite, la DISA à pour but d’utiliser le "Defense Satellite Communication System" pour fournir une fréquence de bande passante et de soutien à toutes les organisations dans l’effort de secours en Haïti. Cela comprend des missions de super haute fréquence qui offrent une bande passante pour les navires de l’US Navy et une unité expéditionnaire des Marines qui arriveront prochainement sur la station afin de fournir une aide médicale, la sécurité, et les hélicoptères d’appui aux autres. Cela inclut également toutes les communications par satellite pour la manutention de l'US Air Force qui contrôle le trafic aérien et les opérations de fret aérien de l'aéroport de Port-au-Prince. La DISA fournit également aux militaires des canaux d'ultra-hautes fréquences et de contrats SATCOM de missions commerciales supplémentaires qui augmentent considérablement cette capacité aux efforts de secours. (DISA-Communiqué de presse, Janvier 2010)

    Dans la foulée immédiate du tremblement de terre, la DISA a joué un rôle de soutien clé pour SOUTHCOM, qui a été désigné par l’administration Obama comme de facto le « chef de file» dans le programme d’allègement haïtien des États-Unis. Le système sous jacent consiste à intégrer les organismes d’aide civile dans l’orbite d’un système de communications avancées de l’information contrôlée par l’armée américaine.

    «La DISA va également tirer parti d’une nouvelle technologie en Haïti, qui relie déjà les ONG, les autres nations et les forces américaines. Elle compte ainsi suivre, coordonner et mieux organiser les efforts de secours» (Ibid)

    RépondreSupprimer

  7. Article relaté :
    La militarisation de l’aide d’urgence à Haïti: Est-ce une opération humanitaire ou une invasion ?
    – Par Michel Chossudovsky – 2010-01-15

    ANNEXE

    La défense lance un système en ligne pour coordonner les efforts de secours Haïti.

    Par Bob Brewin, Govexec.com 01/15/2010

    http://www.govexec.com/story_page.cfm?articleid=44407&dcn=e_gvetwww

    Le lundi 11 Janvier 2010, [un jour avant le tremblement de terre], Jean Demay, directeur technique de la DISA pour l’agence transnationale de partage de l’information du projet de coopération, se trouvait au quartier général du "Commandement Sud des États-Unis" à Miami pour préparer pour un test du système dans un scénario impliquant la fourniture de secours à Haïti dans le sillage d’une catastrophe. Après le tremblement de terre a frappé le mardi [Janvier 12, 2010], Demay dit que SOUTHCOM àdécidé d’aller utiliser le système. Mercredi [13 Janvier, 2010], la DISA a ouvert son réseau à tous les partenaires du réseau d’accès, soutenue par le partage de l’information projet de coopération transnationale, à toute organisation qui appuie les efforts de secours en Haïti.

    Le partage de l’information au projet, élaboré avec un soutien des deux SOUTHCOM et le département de la défense du commandement européen, a été en développement pendant trois ans. Il est conçu pour faciliter la collaboration multilatérale entre les organismes fédéraux et non gouvernementaux.

    Demay a déclaré que depuis, la DISA a mis en place à Haïti, l’aide humanitaire et de secours des communautés d’intérêts sur APON aux sinistrés. Le mercredi, près de 500 organisations et individus y ont adhéré, y compris une gamme d’unités de défense et de diverses organisations non gouvernementales et les groupes de secours.

    APON offre une série d’outils de collaboration, notamment des systèmes d’information géographique, les wikis, MySpace et YouTube-like pages multilingues et salles de clavardage.

    Pendant ce temps, d’autres organisations s’attaquent à différents défis technologiques. Gianluca Bruni, (chef des technologies de l’information pour la préparation et réponse aux urgences pour le Programme alimentaire mondial) basée à Dubaï, est mise en place pour coordonner des réseaux et des systèmes avec l’appui des Nations Unies et les organisations non gouvernementales en Haïti. Le PAM a déjà dépêché deux trousses de communication en Haïti, avec des systèmes par satellite qui fonctionnent à 1 mégabit par seconde et peut supporter jusqu’à 100 utilisateurs. Elle a également envoyé des ordinateurs portables, points d’accès Wi-Fi et des systèmes sans fil pour connecter les utilisateurs à distance aux terminaux satellite. Bruni dit enfin le PAM prévoit de mettre en place de cybercafés en Haïti pour utiliser tous les travailleurs humanitaires dans le pays.

    Jon Anderson, un porte-parole de la DISA, a indiqué l’agence fournit 10 mégabits de capacité satellitaire à la Marine, la Marine et des unités de la Force aérienne engagés dans l’opération de secours en Haïti.

    Bon nombre d'organisations de secours en Haïti et des organismes apportent de leurs pays leurs propres systèmes radio. La DISA a déployé une équipe de trois personnes à partir de son spectre mixte de gestion des éléments pour aider à la gestion du spectre des fréquences radio.

    RépondreSupprimer
  8. Jon Anderson, un porte-parole de la DISA, a indiqué l’agence fournit 10 mégabits de capacité satellitaire à la Marine, la Marine et des unités de la Force aérienne engagés dans l’opération de secours en Haïti.

    Bon nombre d'organisations de secours en Haïti et des organismes apportent de leurs pays leurs propres systèmes radio. La DISA a déployé une équipe de trois personnes à partir de son spectre mixte de gestion des éléments pour aider à la gestion du spectre des fréquences radio.

    Le "Joint Forces Command’s Joint Communications", élément de soutien à déployé deux équipes disposant de systèmes par satellite et les téléphones VoIP pour soutenir SOUTCOM à Port-au-Prince mercredi soir. Ces systèmes sont opérationnels »en quelques heures », a déclaré JCSE chef d’état-major Chris Wilson. L’organisation enverra une autre équipe à Haïti dans les prochains jours.

    Wilson a dit JCSE a pu obtenir son engin en Haïti rapidement parce que les systèmes étaient déjà chargés sur palettes à Miami en préparation pour un exercice.

    Donc, de nombreux gouvernements et organismes de partout dans le monde ont réagi à la crise en Haïti, qui ont submergé la capacité de l'aéroport Port-au-Prince pour accueillir des vols de secours entrants. La "Federal Aviation Administration" a eu un "ground stop" à bord des avions à destination Haïti pour une grande partie des deux derniers jours.

    La FAA a averti que «en raison de l’espace au sol limitée à Port-au-Prince aéroport », à l’exception des vols de fret international « les Haïtiens sont priés de ne pas accepter tous les appareils dans leur espace aérien. »

    L’avis a ajouté que les vols domestiques civil et militaire américain en Haïti doit être d’abord être autorisé par son centre de commandement. Les dérogations ne peuvent être fondées que sur la base de la rampe. L’agence a également nettement mis en garde « il n’y a pas de carburant » à l'aéroport de Port-au-Prince.

    C’est énorme, je comprends mieux pourquoi Chavez s’est permis de dire que le séisme avait été provoqué. La veille du tremblement de terre, les forces armées s’entraînaient à gérer une catastrophe à Haïti , c’est dingue !

    Ces gens n’ont aucune considération pour les humains, ils massacrent en toute impunité, pour des ressources, des positions stratégiques, et peut être même pour rien. Avec les délires sataniques débiles de leurs clubs et confréries, tout est possible.

    RépondreSupprimer
  9. Un petit dossier de la DGSE, comme ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Timebuster ! Vraiment.

      La surpopulation leur permet de "taper dans le tas"..
      350.000 mineurs en esclavage sexuel aux USA ... chiffres Obama ... repris dans un documentaire C+ ...

      Ces gamins meurent jeunes et ce sont les seuls recensés... il y a les "autres" ceux qui n'existent même pas...

      Rites sataniques ? Je n'y crois que depuis cette années en fait. Avant, non. C'était trop pour moi et en plus c'est loufoque.

      J'en suis venue à me dire que nous étions "dirigés" par les plus psychopathes d'entre les dingues.

      Donc, quand je vois Le Bangladesh, l'Inde et les Pays d'Asie touchés par les inondations terribles de cette année, les pays africains aussi, l'Amérique du Sud... etc... je me dis qu'ils s'en foutent ou que ça les arrange.

      Et puisque personne n'en parle (les ouragans sur les îles c'est peanuts par rapport aux morts climatiques en Général) je me dis qu'ils organisent ...

      Supprimer
    2. Ah oui ! J'oubliais !

      Pour le Mexique, c'est pareil. 32 ans jour pour jour avec le précédent tremblement de terre au Mexique. Le matin même, il y avait des exercices. Je suis un peu, comment vous dites, paranoïaque... Hey les yankees ! On sait que c'est vous pour le tremblement de terre au Mexique et pour les deux ouragans de force 5... Dieu vous regarde et vous jugera pour tout le mal que vous avez fait avec vos chiennes Isis Rat Hell Hyennes.

      Supprimer
    3. Entièrement d'accord. une étrangeté : les 2 tremblements de terre de Mexico ont été précédés par des flashs électriques de lumière au sol. https://www.youtube.com/watch?v=XJI2VZ0_W4E

      Mexico fait aussi partie des 100 villes dites résilientes que la fondation Rockefeller veut reconstruire pour parquer le bétail humain dans des cages à poule connectées et sous contrôle, sous prétexte climatique et d'insécurité.

      Il y a lieu de s'inquiéter car Paris est aussi visée dans ce programme, s'agissant d'une des 100 villes déclarées résilientes.
      https://www.rockefellerfoundation.org/our-work/initiatives/100-resilient-cities/

      Donc objectif? dépopulation? destruction pour reconstruction avec business à la clef? appropriation à bas coût par les 1% des îles caraïbes paradisiaques sans côtoyer la plèbe?

      Supprimer
  10. Bon euh un peu hors contexte quoique pas du tout en fait...lol

    Wendy as tu lu le livre " danse avec le diable" de Gunter Schwab ?

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.