samedi 16 septembre 2017

"L’Islam fait partie de l’ADN européen."

C'est faux.

Source : FDS

Je vais bientôt partir dans ma campagne pour quelques jours. Quelqu'un m'a dit hier "pourquoi tu ne décris pas ton enfance ?" J'y pense. Je ne sais pas si c'est intéressant. Je pourrais vous parler de la France profonde rurale mi radicale-socialiste, mi catholique romaine et disparue.



Ce n'est pas si vieux, c'est simplement gommé. Le patois, le marché, les sabots, les lapins et les poules, le temps scandé autrement, les repas, les chats, les foyers, les cantous, les femmes, les enfants, les hommes, les cultures, la pendule de la cuisine qui donnait plus ou moins l'heure, l'école, les vieux, l'hôpital, les Rameaux, l'odeur des foins au mois d'août, celle des cèpes, la peau du lait...

J'ai eu la chance de naître dans "Le dernier Pays des loups", là où l'étranger est celui qui vit dans le hameau voisin. Là où la lecture est le seul moyen d'évasion, un plaisir. Là où l'Eglise était réservée aux femmes, les hommes restaient au bistrot en faisant le plus de bruit possible pendant les messes. Mais leurs femmes les enterraient tous à l'église...."on ne sait jamais"... malgré les "ni fleurs ni couronnes" qu'ils avaient demandé...

Les "arabes" chez moi ?
C'était les amis que mon grand père avait rencontré pendant la guerre du "rif".
Parce que le fusil rapproche les hommes davantage que la religion.





Je suis née dans la France pauvre, d'ancêtres artisans, métayers... que l'école de la République a tiré de leurs conditions.

Quand je lis des choses comme ça, je sais, moi, que c'est un mensonge. L'islam est très loin de mon ADN. Pire, il est inconnu. On parlait fort rarement des "arabes" mais jamais de l'islam.

Chez moi, on évoquait "les arabes" simplement parce que ma grand-mère lisait Pierre Loti.

Il ne restait à ma naissance que quelques caractéristiques génétiques du passage des arabes dans le Sud de la France des siècles auparavant... car des ancêtres avaient "fauté avec un maure" il y avait  des siècles de là...

En patois, celles à peau très sombre et aux yeux noirs avaient un surnom : "la mauricote".
C'était un surnom sans connotation péjorative, juste pour savoir de qui on parlait au lavoir où toutes les femmes devisaient crûment de sexe ce qui est impossible avec une machine à laver.

Bien... je vieillis... c'est apaisant pour moi de me remémorer cette époque ... les seuls stress étaient le feu de cheminée et les poules échappées dans le potager...

Le manque d'argent touchait chacun mais personne n'en souffrait. "C'est la vie".

"Plaie d'argent n'est pas mortelle" m'a répété ma grand-mère toute sa vie.

Mon arrière grand-mère avait toujours, quand elle sortait, un chapeau et un billet de 10 francs dans son porte monnaie.
Toujours le même, je suppose.

Non, l'islam ne fait pas partie de l'ADN de la France.