lundi 4 septembre 2017

Activité Péri-scolaire ou projet d'école : Le safari au Kenya

Avec la semaine de 4 jours l'école va vers la fin des activités Péri- scolaires. Très péri, très scolaires ? trés péri, peu scolaire ? Inversement ? 
mais que va-t-on devenir ? 


C’est que dans sa commune de Billère (Pyrénées-Atlantique), 14 000 habitants, « c’est vite devenu une priorité, un choix politique ».

Instaurées par la réforme des rythmes scolaires, qui répartit les vingt-quatre heures d’enseignement hebdomadaires sur neuf demi-journées, ces activités périscolaires devaient permettre aux communes volontaires de proposer un temps privilégié pour développer d’autres types d’apprentissage à l’école. « Pour nous, c’était évident qu’il fallait les utiliser pour élargir l’horizon des enfants ».

L’équipe pédagogique décide d’en faire un espace « citoyen et solidaire », à travers un partenariat avec la ville de M’Baïk, en Centrafrique. Animateurs et associations déclinent pendant ces heures des ateliers liés à ce pays, à son histoire, mais aussi à « des thèmes comme la paix, le bien vivre ensemble, la citoyennetél’interculturalité », sous forme de textes, de vidéos, d’ateliers créatifs, etc.

« Aujourd’hui, j’ai l’impression que mes enfants voient un peu plus loin que le bout de leur nez », reprend Isabelle. Sur la table à manger familiale, du bœuf aux gombos a fait son apparition, du tissu wax est calé sous le pied de la machine à coudre et « ma cadette pose plein de questions sur le racisme ». « C’est exactement ce que j’attends du système scolaire : ouvrir des perspectives qu’une famille seule ne peut pas forcément faire », résume celle qui reconnaît que les NAP l’ont fait basculer en faveur de la réforme des rythmes scolaires.

Source et beaucoup plus

Moi, je propose safari au Kenya, en même temps je n'ai rien contre la découverte de Bamako ou celle du Nigeria. La région des grands lacs, c'est riche aussi. On les lâche dans la brousse et on compte ceux qui reviennent. Un jeu de piste, quoi...un retour au voyage scolaire mais 2.0.

Maman se mettra à cuisiner le crocodile ou le gnou... en pagne devant l'évier. C'est papa qui se réjouit.

Après tout ça, si nos enfants ne veulent pas vivre ensemble, je rends mon tablier !

Source "construire sa case". Perso, cette activité de construction écologique me semble très riche au niveau de tous les enseignements transversaux.


Je ferais plutôt atelier architecture que cuisine, mais bon... c'est tellement vaste le vivre-ensemble...

On n'en voit pas le bout, tellement c'est riche.

2 commentaires:

  1. On est en train de sélectionner les gens les plus dangereux (Albert Jacquard - 1994)

    https://www.youtube.com/watch?v=5VopPG4QV_s

    RépondreSupprimer
  2. Construire sa case, c'est pour ceux à qui il en manque une?

    Géocédille

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.