jeudi 17 août 2017

Sahel, terrorisme et échanges.

1)  les 5 objectifs d’Eucap Sahel :

- l’interopérabilité des forces de police du Sahel dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, - le renforcement des capacités techniques des agents des forces de l’ordre. 
- travailler dans la durabilité parce que nous pensons sur le long terme, sur ce qui se passera lorsque nous quitterons. 
- la coordination de la mission avec les autres partenaires dans le domaine, pour éviter le doublon. 
- la lutte contre la migration irrégulière.

(Note de Wendy : je n'ai pas bien compris mais, bon...l'Europe est en Afrique.....). Source et plus.


(La diplomate Eucap finlandaise à Niamey).

2) Mme Henriksson, le Niger, le Mali et le Tchad ont récemment annulé juridiquement leurs frontières pour mieux lutter contre le terrorisme. 
C’est une bonne nouvelle qui permet aux forces de défense et de sécurité de ces pays d’avoir la flexibilité dans le déplacement dans la zone de Liptako Gourma qui constitue d’ailleurs la cible de la force conjointe G5 Sahel.

(Note de wendy : tu m'étonnes !).




.....En fait j'ai le sentiment que toute la zone sahélienne est une zone commerciale ouverte, de libres échanges. Tout autour du fleuve Niger. Les terroristes ayant ouvert les voies.



3) l'armée française critiquée au Mali : Source

Au Sahel, Paris est souvent accusé de vouloir sécuriser d'abord les précieuses matières premières présentes dans la région, comme les mines d'uranium exploitées par le groupe français Areva au Niger, plutôt que les populations. 
«Historiquement, les pays du Sahel tels que le Niger ou la Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso) avaient été conquis par la France pour des questions stratégiques et pas directement économique. Ce n’est qu’à la fin des années 1950 avec les premières recherches sur les ressources énergétiques et minières que la France a compris l’importance économique de cette région. Aujourd’hui la donne a changé. Ces régions sont extrêmement riches même si très peu d’informations sont disponibles sur la quantité et l’importance de ces richesses», note Abdoul Karim Saïdou, spécialiste de la politique burkinabè à l’Université Ouaga II.

1 commentaire:

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.