jeudi 10 août 2017

O. H.(umains) G.M.

C'est une grande menace. Ces tripatouillages génétiques, notamment chinois et secrets, peuvent, à terme, produire des humains non adaptés, non évolutifs, porteurs de gènes dominants au caractéristiques destructrices pour l'espèce.

Jdcjdr.

Toucher un gène "malade" sans vraiment maîtriser la chaine subtile de l'ADN, comme c'est le cas actuellement, c'est produire des chimères mais aussi un être vivant ni tout à fait humain, ni tout à fait autre.

Une hybridation dont personne ne peut prédire le développement, les capacités ou la dangerosité.

Bienvenus dans le Monde inconnu "des autres", des aliens produits en batteries.

Ils veulent évoluer vers l'immortalité mais le résultat pourrait être inverse : 
nous pourrions tous involuer ! 

Les dés en sont jetés. 



C'est l'inter-relation des gènes, la dialectique génétique qu'ils ne maîtrisent pas. Et ils le disent.
Ce n'est pas un mystère c'est le "Matin des Magiciens".


-------
Aux États-Unis, le chef du renseignement, a inclus pour la première fois, dans un rapport publié en février 2016 consacré notamment aux armes de destruction massive, les nouvelles technologies de modification génétique :

 « La recherche sur [ces nouvelles techniques] effectuée par des pays ayant des normes réglementaires ou éthiques différentes de celles des pays occidentaux augmente probablement le risque de création d’agents ou de produits biologiques potentiellement dangereux. Compte tenu de la large distribution, du faible coût et du rythme accéléré de développement de cette technologie à double usage, son utilisation délibérée ou non intentionnelle pourrait entraîner des conséquences importantes sur le plan de la sécurité économique et nationale ». James Clapper ne nomme pas dans ce rapport spécifiquement la technologie Crispr/Cas9.

Quant au forçage génétique, « technique visant à obtenir chez une espèce vivante, une modification génétique permanente et transmissible », le CNCB reconnaît qu’il « pose de nombreuses questions éthiques, notamment sur la transmission des patrimoines génétiques et le maintien de la diversité biologique ». 

Source et plus