vendredi 25 août 2017

Les faits divers, lieu de résistance de l'analyse politique.

Une source

Il voulait empêcher des individus de commettre un délit et s'est retrouvé à l'hôpital. Jeudi soir, vers 21h15, rue de Brantome à Strasbourg, dans le quartier difficile du Neuhof, deux riverains ont tenté de stopper des jeunes qui s'apprêtaient à mettre le feu à des véhicules.  Ils ont été roués de coups avec des battes en fer par plusieurs jeunes individus.

Les véhicules ont quand même été incendiés. Un des deux habitants du quartier qui a tenté de s’interposer est actuellement entre la vie et la mort.  Son pronostic vital est engagé.



--- tout est dit à mots couverts, mais dit.

Pas d'analyse possible, pas de commentaire possible, rien, se taire, lire puis fermer les portes pour en parler en famille.

À Rennes, des voitures brûlent sans cesse. (Une source)

Ça donne une idée de l'ambiance générale, non ? Mais... schuttttt pas un mot ! Ou bien un mot caché entre deux photos de la "dame" et un article sur la "reprise économique".

C'est actuellement dans les faits divers que vient se cacher la réalité.
Car les faits sont têtus et tenter de les effacer est tout simplement vain.



Bientôt, faudra-t-il scruter les rubriques nécrologiques ?