mercredi 9 août 2017

Google-e-s ne censure pas, il-elle-s dégage !






James Damore (cadre supérieur chez Google) avait simplement voulu engager un débat avec sa hiérarchie. 
Il avait souhaité mettre en garde sur les effets contreproductifs de la discrimination positive et des exigences en termes de parité, arguant que «les différences de distribution de certains traits entre hommes et femmes pourraient partiellement expliquer pourquoi nous n'avons pas 50% de représentation féminine dans les secteurs techniques et aux postes de direction». 
Bien mal lui en a pris. Son propos a été déformé, trituré. Il a eu les (dés)honneurs du Washington Post. En quelques heures seulement, sa (mauvaise) réputation a fait le tour du monde. SourceSeconde source

Viré !  Pour  "perpétuation des stéréotypes de genre". La Silicon Valley et la liberté d'expression...
Avant d'être viré, l'employé faisait remarquer que les hommes représentent 90% des décès au travail aux Etats-Unis....
Source : ce qu'il a vraiment écrit. Son memo. 

Une polémique qui lui aura coûté sa carrière ... pour avoir écrit qu'il y a des "différences biologiques" entre hommes et femmes....

---- un-e d'entre vous-volles (?) peut me dir-e-s (?) de quoi il-elle-es-s parlent ? Merci ! Mais qui sont ces "aro" et ces "ace" ?????





10 commentaires:

  1. Tous ces gentils "genreux" retrouveront leurs esprits sur les champs de bataille asiatiques et européens. Ils pourront comparer leur idéologie avec celle des russes, chinois et coréens...

    RépondreSupprimer
  2. Ils parlent des ratons laveurs de l'inventaire de Jacques Prévert.

    Géocédille


    RépondreSupprimer
  3. quelque soit le genre c'est sûr que ce sont tous des dingues, et là pas de discrimination puisque le mot est pareil dans les deux genres hahahahahahahaha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui il suffit de déplacer un O et hop gogole !

      Supprimer
  4. Et google se veut maître du monde internetional !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Accessoirement le même LOGO que le CERN en couleurs.


    CARVAJAL

    RépondreSupprimer
  6. WASHINGTON POST fonctionne avec GOOGLE (vitrine sur google) depuis que le journal a été racheté par Jeff Bezos, le fondateur multimilliardaire d'AMAZON.

    RépondreSupprimer
  7. http://home.cern/fr

    CARVAJAL

    RépondreSupprimer
  8. Les trois "6" de Chrome sont d'une évidence totale...

    RépondreSupprimer

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.