mardi 4 juillet 2017

Nations-Unies : 70% des migrants ne sont pas des réfugiés.



C'est clair pour tout le monde. Les NU c'est la quintessence de la bienpensance.
(Et sa banque, souvent).

Je ne sais pas le but que poursuit le Pape. (lire ci-dessous)
Que tous les africains arrivent en Europe ?
Pas tous, simplement les exclus de la croissance africaine, bien sûr.
C'est à dire l'immense majorité.

Combien le Vatican donne-t-il aux associations Sorossiennes ?

Vider l'Afrique, ok. Dans quel but ? Qui doit aller en Afrique en remplacement ?
L'Afrique est très loin d'être surpeuplée contrairement à l'Europe.
Qui va occuper l'Afrique ?

Qui trie ceux qui passent ou qui ne passent pas ?
Quels sont les critères ?

Comment vivent les femmes et les enfants restés en Afrique ?
Il n'y a que des hommes ici. Quelle est la perte pour l'Afrique ? Aucune on dirait...

un gain pour l'Europe sans perte pour l'Afrique. Curieux.

Les chances pour l'Europe ne sont pas des chances pour l'Afrique ?

Qui seront les chances pour l'Afrique ? Les européens ? Les chinois ?

À ce point là de propagande je me pose des questions pas cashers.....

Ces propos du Pape me font penser à ces téléévangelistes totalement marteaux !

Ça va trop loin. Ça défie l'entendement.
--------

La lette du Pape à l'association "info-migrants". Source (extraits). Incroyable !
L'extrême gauche est papiste ! MDR !!!!!!!!! 
"La présence de tant de frères et de sœurs qui ont vécu la tragédie de l’immigration constitue une chance pour le développement humain, une opportunité de favoriser la rencontre et le dialogue entre les cultures, en vue de la promotion de la paix et de la fraternité entre les peuples", a estimé le Pape.
"Mon affection et mes encouragements vont à ces institutions, associations, et individus qui s’ouvrent avec sagesse au phénomène migratoire en le soutenant, se faisant ainsi porteurs des valeurs humaines (...) qui sont la base de la civilisation européenne. Je les assure de mes prières pour demander la protection de Dieu, notre père à tous, afin qu’il soit un compagnon de voyage pour ceux qui sont forcés de quitter leur pays à cause de conflits armés, d’attaques terroristes, de la famine, de régimes oppressifs. Puissent ces migrants trouver, sous tous les cieux, des frères et des sœurs qui partagent avec eux leur pain et l’espoir d’un chemin commun", écrit le souverain Pontife en guise de conclusion à sa missive.