lundi 31 juillet 2017

Les Pigeons Augmentés : une puce ou une bague ?

Source


Sur 80 salariés, une cinquantaine s’est portée volontaire pour l’expérience.

 La puce, de la taille d’un grain de riz, leur sera gratuitement introduite entre le pouce et l’index, par un personnel médical « qualifié », lors d’une « chip party » au siège de la compagnie. Après quoi, un simple mouvement suffira au porteur pour ouvrir les portes, payer la cantine, débloquer son ordinateur et utiliser la photocopieuse. « L’implantation élimine le besoin de transporter des données ».

La puce, d’un coût de quelque 300 dollars (255 euros), et développée avec le fabricant suédois Biohax, a été approuvée par la Food and Drug Administration (FDA), l’agence de régulation américaine. Elle opère sous le principe de l’identification par radiofréquence (RFID, Radio Frequency Identification), une technologie courante pour suivre les livraisons en transit, et qui repose sur l’utilisation d’un champ électromagnétique pour la capture automatique de données.

Jusqu’à présent, les « biohackers », qui expérimentent sur eux-mêmes des technologies, se recrutaient plutôt à la marge des transhumanistes, adeptes de « l’homme augmenté ». C’est la première fois qu’une entreprise aux Etats-Unis propose à ses employés de servir de cobayes aux puces RFID. Les hésitants pourront bénéficier d’une bague ou d’un bracelet à la place de l’implant.