lundi 24 juillet 2017

Les français ont perdu 4 points de QI en 10 ans.





Moins 3,8 points pour les Français. 
Les britanniques auraient ainsi perdu 14 points de QI depuis la Seconde révolution industrielle (1870-1923) quand les Français auraient enregistré une chute de 3,8 points en seulement dix ans, entre 1999 et 2009 (le QI moyen français se situant à 98 points selon un travail statistique mené entre 2002 et 2006). 

Plusieurs facteurs sont avancés pour expliquer ces chiffres. Tout d'abord, une hypothèse génétique et sociologique : les personnes bénéficiant d'un QI élevé feraient de plus longues études, repoussant le moment d'avoir des enfants, et auraient en conséquence moins d'enfants. Sur une même période, le nombre d'enfants dans les familles moins favorisées resterait plus ou moins égal. De génération en génération, le nombre de personnes à QI élevé serait ainsi amoindri.

Une source

D'après plusieurs études publiées dans la revue Intelligence, le quotient intellectuel moyen aurait drastiquement chuté ces quinze dernières années dans les pays occidentaux, en Europe du Nord notamment.

L'industrie chimique développerait également des molécules perturbant le système thyroïdien avec également des conséquences sur le cerveau, explique la physiologiste Barbara Demeneix dans Les Echos. Enfin, une autre substance pourrait être nocive pour l'organe de la réflexion : le haschisch, qui contrairement à d'autres drogues, serait nuisible aux consommateurs réguliers.

En revanche, la baisse ne peut pas être attribuée aux systèmes éducatifs, puisqu'ils sont très différents selon les pays étudiés. Le facteur du numérique qui freinerait les capacités des jeunes serait également irrecevable, puisque les sociétés asiatiques, férues de nouvelles technologies, sont celles où le quotient intellectuel moyen est le plus élevé. Source





De quoi parlait-on déjà ?